1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. REPORTAGE - Guerre en Ukraine : malgré les bombardements, ils sont des milliers à rentrer chez eux à Kiev
2 min de lecture

REPORTAGE - Guerre en Ukraine : malgré les bombardements, ils sont des milliers à rentrer chez eux à Kiev

Plusieurs milliers de personnes rentrent chaque jour dans la capitale ukrainienne après avoir fui. Ils découvrent alors les dégâts de la guerre.

Un drapeau ukrainien flotte après un bombardement à Kiev, le 4 mars 2022.
Un drapeau ukrainien flotte après un bombardement à Kiev, le 4 mars 2022.
Crédit : ARIS MESSINIS / AFP
REPORTAGE - Guerre en Ukraine : malgré les bombardements, ils sont des milliers à rentrer chez eux à Kiev
00:03:36
Vincent Serrano - édité par Florine Boukhelifa

Alors que Kiev était relativement épargnée depuis une dizaine de jours, les bombardements ont repris dans la périphérie de la capitale de l'Ukraine. Depuis vendredi 15 avril, les forces russes ont visé deux usines militaires. Les autorités ukrainiennes demandent quant à elles aux habitants de ne pas revenir tout de suite. Pourtant, ils sont plusieurs milliers chaque jour à rentrer, en voiture ou en train.

Le voyage débute à la gare de Lviv, un immense bâtiment en pierre blanche plongé dans la pénombre avec seulement quelques faibles lumières allumées. Sur le quai où les familles défilent, la plupart du temps en courant, les enfants sont emmitouflés dans plusieurs couches de vêtements et les valises lourdes. "Je veux y retourner, essayer de travailler, retrouver une vraie vie et ne plus me cacher sous terre. Kiev est ma maison", raconte Vadim, qui s'apprête à monter dans le train.

Celui-ci circule de nuit, à faible allure, toutes les lumières éteintes et les stores baissés. L'objectif est de ne pas se faire repérer. "Je ne sais pas ce que je vais ressentir, si je vais avoir peur de ce que je vais voir dans la rue, parce que ça peut être encore très dangereux là-bas, poursuit l'homme, mais j'ai grandi, étudié et élevé mes enfants à Kiev". Dans tous les cas, "on ne peut pas fuir pendant des mois, beaucoup de gens n'ont pas d'argent pour vivre de cette manière", ajoute-t-il.

Si le trajet devait prendre sept heures, rejoindre Kiev en aura finalement pris dix.

"Je ne m'attendais pas à voir tout ça"

À lire aussi

Le voyage est cependant loin d'être terminé pour Véra, sa fille et son mari qui doivent encore se rendre à Irpin, ville qu'ils ont quittée au début de la guerre, il y a plus d'un mois et demi. "C'est mon cœur qui me demande de revenir ici, mais ça fait mal, la douleur me suit jusqu'ici et ne me quitte pas. Elle me ronge depuis le début", raconte cette mère de famille qui ne sait pas si sa fille comprend réellement ce qu'il se passe. "Je sais qu'il y a des gens qui meurent", répond la petite Olivia en serrant fort son sac à dos rose contre elle.

À peine arrivée à la gare, cette famille entend tout de suite ces alertes aux bombardements. Dans le quartier de Retroville, bombardé il y a quelques semaines, le souffle de l'explosion a littéralement défiguré l'immeuble où habite Vadim. "Les fenêtres ont été brisées, il y a du verre partout, même les battants ont été pliés. Pour les voisins, c'est autre chose, les vitres n'ont pas éclaté, mais les fenêtres entières ont été arrachées", décrit-il.

"On avait déjà fui Kiev, on était loin d'ici et je ne m'attendais pas à voir tout ça, raconte-t-il encore en montrant une chambre, regardez l'état du lit, dieu merci il n'y avait personne dedans quand c'est arrivé". L'homme s'apprête alors à nettoyer son appartement et, comme les voisins, à poser des grosses bâches en guise de fenêtres de fortune dans cet appartement où il est certain de ne pas faire revenir ses enfants avant un long moment.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/