2 min de lecture Union européenne

Quand les Britanniques découvrent que le Brexit a un prix

ÉDITO - Les 27 de l'Union européenne s'apprêtent ce lundi 29 janvier à adopter leur position sur la phase de transition qui suivra le Brexit, période où la Grande-Bretagne serait comme un Etat membre de l'Union mais sans pouvoir de décision.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau
>
Quand les Britanniques découvrent que le Brexit a un prix Crédit Image : AFP / Glyn Kirk | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

Les négociateurs du Brexit se retrouvent ce lundi 29 janvier à Bruxelles dans un climat qui n'est pas franchement optimiste. Les divorces ne sont jamais de longs fleuves tranquilles. Celui-ci est d'autant plus tendu que la Grande-Bretagne est déchirée par ses contradictions.

Ainsi, 46% des Britanniques souhaiteraient finalement rester dans l'Union européenne, quand 42% souhaiteraient en sortir. Ce déchirement ne serait qu'un caillou dans l'escarpin de sa Majesté si, par ailleurs, le pays ne commençait à accuser le contrecoup du référendum.

La machine économique aborde 2018 et 2019 du mauvais pied : une croissance attendue en baisse, quand elle se raffermie partout ailleurs ; une consommation sinistrée pour cause d'inflation, qui rabote le pouvoir d'achat des salariés (ce qui va très vite peser sur l'emploi) ; et une suprématie écornée de la City, qui fait planer de sérieux nuages sur les finances publiques.

À lire aussi
Michel Sapin, le ministre des Finances union européenne
Brexit : la tension actuelle "n'est pas totalement anormale", selon Michel Sapin

Être ferme et "réglo" avec Londres

Les Britanniques découvrent dans la vraie vie que les perspectives d'activités de ses grands secteurs sont très dépendantes des accords qui vont se nouer. 

La Grande-Bretagne ne peut pas bénéficier des atouts de l'Union et n'assumer aucune de ses charges ou de ses inconvénients.

Tolérer un passager clandestin de cette envergure, alors même que la Pologne ou la Hongrie piétinent déjà certains fondamentaux démocratiques européens, serait suicidaire

Les égoïsmes particuliers des 27 font craindre de petits arrangements avec les habiles diplomates anglais

Christian Menanteau
Partager la citation

Il faudra donc être à la fois ferme et "réglo" avec Londres. C'est notre intérêt commun. Le problème, c'est qu'il faut pour cela un interlocuteur fiable. Ce n'est pas le cas. La première ministre Theresa May est sans majorité au Parlement, sans autorité sur son parti, et pas franchement soutenue par son opinion publique.

Le risque d'un divorce à la carte

C'est donc une phase important qui s'ouvre aujourd'hui. Et elle nous concerne directement. Il n'y a pas que la Grande-Bretagne qui avance de guingois. Les égoïsmes particuliers des Vingt-Sept font craindre de petits arrangements avec les habiles diplomates anglais : l'Espagne en demande pour l'aéroport de Gibraltar, Varsovie implore pour ses résidents outre-Manche, Malte prie pour ses liens avec la finance spéculative de la City perdurent.

Pour faire simple, si chaque pays membres veut un divorce à la carte en fonction de ses intérêts, c'est la construction européenne qui s'engagera vers son démembrement. Pour le plus grand bonheur de Londres.

Les plus

- L'industrie allemande fait face à une grève historiquement inédite autour de la semaine de 32 heures.

- Airbnb va verser 13,5 millions d'euros de taxes de séjour aux communes (dont 7 pour Paris).

- Nestlé va supprimer 400 emplois en France d'ici trois ans.

La note du jour

14/20 à François Hollande. Il avait promis 500.000 nouveaux logements pour 2017. On y presque, avec 497.000 permis de construire. Un niveau historiquement haut.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Union européenne Brexit Angleterre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792023178
Quand les Britanniques découvrent que le Brexit a un prix
Quand les Britanniques découvrent que le Brexit a un prix
ÉDITO - Les 27 de l'Union européenne s'apprêtent ce lundi 29 janvier à adopter leur position sur la phase de transition qui suivra le Brexit, période où la Grande-Bretagne serait comme un Etat membre de l'Union mais sans pouvoir de décision.
https://www.rtl.fr/actu/international/quand-les-britanniques-decouvrent-que-le-brexit-a-un-prix-7792023178
2018-01-29 07:59:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/vIlWVvafIJnWaARL0rZoqw/330v220-2/online/image/2018/0129/7792023436_une-vue-de-big-ben-a-londres-illustration.jpg