1 min de lecture Prise d'otages à Bamako

Prise d'otages à Bamako : le Radisson Blu, un hôtel "fréquenté et connu", selon Alain Giresse

REPLAY - REPLAY / RÉACTION - Alain Giresse, sélectionneur de l'équipe de football du Mali, décrit l'hôtel Radisson, cible d'une prise d'otages.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Alain Giresse sélectionneur de l'équipe de football du Mali décrit l'hôtel Radisson Blu qu'il connait bien. Crédit Image : AFP/M.T.Behan | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Édouard Nguyen

Alain Giresse sélectionneur de l'équipe de football du Mali connait très bien l'hôtel Radisson Blu de Bamako, cible d'une prise d'otages ce 20 novembre. Peu après 10 heures, le groupe hôtelier Rezidor publie un communiqué informant d'une prise d'otage à l'hôtel Radisson à Bamako. Selon le groupe hôtelier, il resterait encore "125 clients et 13 employés" dans l'hôtel. Selon un bilan provisoire, 5 personnes au moins sont mortes. 

Les assaillants seraient au moins deux hommes armés de fusils de type Kalachnikov. Ils auraient accédé à l'hôtel à bord d'une voiture portant des plaques diplomatiques. "Ça se passe au septième étage, des jihadistes sont en train de tirer dans le couloir", a déclaré une source de sécurité. Vers 11h30, la garde nationale malienne, aidée de forces militaires françaises, ont déclenché un assaut.


"Quand les joueurs viennent au pays, ils y descendent pendant ou après le regroupement. C'est aussi un hôtel international où l'on peut aller pour rencontrer des personnes puisque ce sont beaucoup d'étrangers qui y séjournent. C'est un lieu assez fréquenté et connu", raconte Alain Giresse.

"Les hôtels sur la place de Bamako ont été pour la plupart perquisitionnés par les forces multinationales et sont donc sécurisés, raconte-t-il. Il y a des barrières et des vigiles non-armés qui fouillent les véhicules et qui ouvrent les capots de moteur". Si la voiture des assaillants n'a pas été contrôlée, c'est parce qu'elle avait des plaques diplomatiques.

À lire aussi
Tanguy Pastureau Prise d'otages à Bamako
Tanguy Pastureau : "Je suis Français, Malien, Nigérian, Belge"

Alain Giresse décrit la configuration de l'hôtel qui complique l'intervention des forces armées qui ne peuvent pas facilement se dissimuler. "Les chambres sont disséminées tout autour d'un hall central qui va jusqu'au 7ème étage". Ainsi, c'est tout un espace, une sorte de puits, qui permet à une personne dans le couloir de voir les étages supérieurs et inférieurs. L'hôtel est situé au centre de la capitale malienne.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Prise d'otages à Bamako Mali Armée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants