3 min de lecture Présidentielle américaine

Présidentielle USA : "Nous avons été bernés", dit une électrice de Trump

REPORTAGE - Dans les États-clés, comme la Pennsylvanie, beaucoup de femmes qui ont voté pour Donald Trump en 2016 ne le feront pas en 2020.

Yves Calvi_ 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Présidentielle USA : "Nous avons été bernés", dit une électrice de Trump Crédit Image : Zak BENNETT / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Thomas Pierre

Ce sont les électrices qui vont déterminer le sort du président Trump. Dans les sondages, il est plus ou moins à égalité avec Joe Biden chez les hommes, mais très en retard chez les femmes : 20, 25 parfois 30 points derrière. S'il ne comble pas une partie de ce fossé dans les trois semaines qui viennent, il va perdre. Dans les Etats-clés, beaucoup de femmes qui ont voté pour lui en 2016 ne le feront pas en 2020. 

C'est le cas de Nin qui vit à Parkside, dans la banlieue de Philadelphie, et qui a vraiment cru en Donald Trump. "J'ai voté pour Donald Trump. Je l'ai toujours aimé, lui et sa famille. Je les admirais : le pouvoir, l'argent, le succès. Je croyais que c'était un bon homme d'affaires, qu'il dirigerait aussi notre pays avec succès", explique cette fidèle de sa télé-réalité.

"Il y a beaucoup de gens qui pensaient comme ça et le regrettent", poursuit-elle. "Nous avons été bernés. Tout ce qu'il a fait ces quatre dernières années c'est de mentir. Même quand quelqu'un le prouve, il en rajoute et dit "fake news'". Cela choque particulièrement Nin car elle répète à ces deux ados qu'il ne faut jamais mentir. À plusieurs reprises, ils lui ont demandé comment elle a pu voter pour Trump. 

"Quand il a interdit aux musulmans de venir en Amérique, mes garçons ne comprenaient pas", dit-elle. "Et puis évidemment les enfants migrants dans les cages, retirés de leur famille. C'est une chose après l'autre avec lui, qui montre son racisme. Je n'imagine pas être séparée de mes enfants". 

"Il a totalement échoué, il a déçu tout le monde"

À lire aussi
Investiture Biden : Washington et l'ensemble du pays sous haute surveillance Présidentielle américaine
États-Unis : l'ensemble du pays sous haute surveillance pour l'investiture de Biden

Nombreuses sont celles à mentionner également la pandémie. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à avoir perdu un emploi. Elles se retrouvent souvent avec les enfants sur les bras, car beaucoup d'écoles restent fermées ici. Pour Nin, dont le père a eu le coronavirus, cela a été le point de non-retour. 

"Même si j'avais été encore à fond pour lui, le Covid-19 aurait tout ruiné pour moi", assure-t-elle, "la manière dont il a géré, il a totalement échoué, il a déçu tout le monde".  "Je travaille dans les services funéraires", ajoute-t-elle, "donc je savais personnellement que cela allait très mal dès le mois de mars. Mes appels ont presque triplé. Covid, Covid, Covid, les uns après les autres"

Au même moment, Donald Trump "était aux infos et sur Twitter à nous dire que c'était un canular que ce n'était pas vrai". "Il blablate, ça lui cause souvent des ennuis", s'énerve-t-elle. "S'il l'avait pris au sérieux, avait porté un masque en mars, avait demandé à tout le monde d'en porter, beaucoup de vies auraient été sauvées". 

Une masculinité caricaturale

Un président menteur et à l'image masculine outrancière qui interrogent les électrices d'il y a quatre ans. Il suffit d'aller rencontrer des voisins pour le vérifier, comme ce vétéran sur le pas de sa porte. Pourquoi il va revoter Trump ? Il répond : "parce qu'il a des couilles. Il ne se laisse emmerder par personne'. Cela peut sembler caricatural et pourtant un peu plus loin, un autre homme, même question et même réponse : "Il a des couilles c'est ça dont on avait besoin, on n'a pas voté pour quelqu'un qui pleurniche sur mon épaule"

Et c'est aussi ce que disent beaucoup d'électrices interrogées par des sondeurs, elles sont fatigués par cette mise en scène grossière d'une masculinité caricaturale. On l'a encore vu à sa sortie de l'hôpital, le président avait envisagé de déchirer sa chemise pour faire apparaître un tricot Superman. Ceux auprès de qui il a testé cette idée lui ont fait comprendre que ce n'est pas comme ça qu'il va pouvoir récupérer des électrices.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle américaine Donald Trump Femmes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants