1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Philippines : qui est Marcos Junior, fils du dictateur, et successeur de Duterte ?
2 min de lecture

Philippines : qui est Marcos Junior, fils du dictateur, et successeur de Duterte ?

PORTRAIT - Ferdinand "Bongbong" Marcos Jr, 64 ans, élu mardi nouveau président des Philippines, parachève le spectaculaire retour en grâce de son clan, passé en moins d'une génération de la disgrâce politique totale au pouvoir suprême.

Ferdinand Marcos Jr., fils du dictateur philippin défunt Ferdinand Marcos, le 10 mai 2022
Ferdinand Marcos Jr., fils du dictateur philippin défunt Ferdinand Marcos, le 10 mai 2022
Crédit : MIKHAEL FLORES / AFP
Thomas Pierre & AFP

C'est un nom qui a longtemps fait trembler les Philippines. Ferdinand Marcos Junior, fils et homonyme du défunt dictateur, a remporté mardi 10 mai une victoire écrasante à la présidentielle. Surnommé "Bongbong", le nouveau président philippin, âgé de 64 ans, a obtenu plus de 56% des suffrages et plus de deux fois plus de voix que sa principale rivale, la vice-présidente sortante Leni Robredo. 

Ce triomphe du fils Marcos, qui intervient après une campagne électorale marquée par des torrents de désinformation, laisse un goût amer à des millions de Philippins qui espéraient tourner la page de six ans de présidence de Rodrigo Duterte, marqués par les violences, dont une guerre sanglante contre le trafic de drogue, et un autoritarisme accru. 

Sauf que le clan Duterte a soutenu "Bongbong", et loin de le répudier, une forte majorité d'électeurs ont même porté la fille de Rodrigo, Sara, à la vice-présidence lors d'un scrutin distinct. 

Un retour 36 ans après

Mais cette victoire électorale signe également le retour d'un clan familial au sommet du pouvoir, 36 ans après en avoir été chassés. Depuis plusieurs années, des comptes pro-Marcos Junior avaient ainsi envahi les réseaux sociaux, faisant passer auprès des jeunes Philippins les vingt ans de régime de son père (1965-1986) comme une ère dorée de paix et de prospérité pour l'archipel. Et passant sous silence les dizaines de milliers d'opposants arrêtés, torturés ou tués, ou encore les milliards de dollars volés par le clan Marcos dans les caisses du pays pour son enrichissement personnel.

À lire aussi

"Bongbong" était en pension en Grande-Bretagne lorsque son père avait décrété la loi martiale en 1972. Celui qui enfant se rêvait astronaute défend aujourd'hui le régime de Marcos Senior, mort à Hawaï en 1989, et loue même son "génie politique", occultant la corruption et la mauvaise gestion qui ont appauvri la nation.

Le régime avait été renversé en 1986 par une immense révolte populaire, et la famille Marcos s'était exilée aux États-Unis, avant de revenir dans le pays pour y retisser patiemment un puissant réseau de soutien politique. Moins d'un demi-siècle après leur chute, les Marcos feront leur retour en juillet au palais présidentiel de Malacanang à Manille, d'où "Bongbong" a promis de rétablir "l'unité" du pays pendant son mandat de six ans.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.