1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Nucléaire : Mikhaïl Gorbatchev critique Donald Trump pour son "manque de sagesse"
1 min de lecture

Nucléaire : Mikhaïl Gorbatchev critique Donald Trump pour son "manque de sagesse"

Le Président américain a annoncé le retrait des États-Unis d'un traité anti-nucléaire signé avec la Russie en fin de Guerre froide. Mikhaïl Gorbatchev dénonce un "manque de sagesse" et une "erreur".

Donald Trump face à la presse le 5 septembre 2018 à Washington
Donald Trump face à la presse le 5 septembre 2018 à Washington
Crédit : NICHOLAS KAMM / AFP
Thibaut Deleaz & AFP

Les relations se tendent entre la Russie et les États-Unis. Donald Trump a annoncé samedi 20 octobre son intention de retirer son pays du traité INF (Intermediate Nuclear Forces Treaty) sur les armes nucléaires de portée intermédiaire, signé en 1987, en fin de Guerre froide, par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev. Une décision vivement dénoncée par la Russie. 

Gorbatchev lui-même, dernier dirigeant de l'URSS, a dénoncé une "erreur" et le "manque de sagesse" du Président américain. "Washington ne comprend-il pas à quoi cela peut conduire?", s'est-il interrogé, appelant "tous ceux qui chérissent un monde sans armes nucléaires" à convaincre Washington de revenir sur sa décision, afin de "préserver la vie sur Terre". 

Donald Trump accuse la Russie de ne pas respecter ce traité "depuis de nombreuses années". Faux, répond Moscou. "Non seulement nous ne violons pas le traité, mais nous le respectons de la façon la plus stricte", a réagi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

Moscou dénonce "un pas très dangeureux"

Riabkov évoque un "pas très dangereux" de la part des Américains. Si les États-Unis continuent à agir "de façon maladroite et grossière" et à se retirer unilatéralement de traités internationaux, "alors nous n'aurons pas d'autre choix que de prendre des mesures de rétorsion y compris impliquant de la technologie militaire, a-t-il ajouté.

À lire aussi

Le conseiller de la Maison Blanche à la Sécurité nationale, John Bolton, devait rencontrer des responsables russes dimanche 21 octobre. Selon The Guardian, c'est lui qui aurait fait pression sur Donald Trump pour qu'il se retire du traité.

Pour les États-Unis, les missiles 9M729 développés par Moscou constitueraient une violation du traité INF La décision américaine pourrait aussi concerner la Chine : le pays n'étant pas signataire du traité, il peut développer des armes nucléaires de portée intermédiaire sans contrainte.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/