1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Norvège : en prison après avoir injecté de l'air comprimé dans le rectum d'une jeune
1 min de lecture

Norvège : en prison après avoir injecté de l'air comprimé dans le rectum d'une jeune

Quatre des accusés ont été condamnés jusqu’à sept mois de prison ferme pour avoir volontairement injecté de l’air comprimé dans le rectum d’un camarade lors d’une soirée festive en Norvège.

Une cellule de prison (illustration)
Une cellule de prison (illustration)
Crédit : AFP
Venantia Petillault & AFP

C'est une blague qui a mal tourné. La justice norvégienne a condamné à plusieurs mois de prison des jeunes qui, lors d'une fête, avaient injecté de l'air comprimé dans le rectum d'un camarade hors d'état de se défendre.

Les faits se sont produits en 2018 lors d'une soirée au cours de laquelle elle s'était endormie, la victime s'était plainte de problèmes physiques et psychologiques. "À la majorité, la Cour estime prouvé au-delà de tout doute raisonnable que le plaignant a été exposé à un impact de puissance significatif au niveau du rectum à la suite de l'injection d'air depuis le compresseur, ce qui a entraîné une altération des fonctions du rectum et du sphincter". 

Âgés d'une vingtaine d'années au moment des faits, les cinq accusés avaient de leur côté plaidé une blague potache. Mais les juges ont estimé que les accusés "dans ce cas étaient allés beaucoup plus loin" que ce qui est acceptable. "Baisser le pantalon d'une personne pour ensuite approcher un objet du rectum est une violation grave de l'intégrité, et une violation grave de l'intégrité physique qui ne peut être comparée à se faire dessiner dessus au feutre ou à la bombe de peinture", a souligné le tribunal. L'accusation n'avait pas retenu la qualification de viol.

La police avait estimé que 13 litres d'air comprimé avaient été injectés dans le corps de la victime qui, en état d'ébriété, ne s'était pas réveillée. Quatre des accusés ont été condamnés à sept mois de prison ferme pour atteinte à l'intégrité physique et/ou pour avoir filmé la scène et l'avoir diffusée sur des réseaux sociaux, et le cinquième à une simple amende. Le plaignant s'est aussi vu accorder 90.000 couronnes (environ 8.500 euros) de dommages et intérêts.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/