2 min de lecture Angleterre

Néonazi, homosexuel et d'origine juive, il claque la porte de l'extrême-droite

Kevin Wilshaw a passé près de quarante ans de sa vie au sein des groupes extrémistes, racistes et homophobes britanniques.

Kevin Wilshaw, ancien suprémaciste blanc et ex-membre du Front national britannique
Kevin Wilshaw, ancien suprémaciste blanc et ex-membre du Front national britannique Crédit : Capture YouTube / Channel 4
lucie valais
Lucie Valais
Journaliste

"C'est un poids trop lourd". Après quarante ans passés dans les rangs de différents groupuscules extrémistes, Kevin Wilshaw tourne le dos au suprématisme blanc et à l'extrême-droite. C'est dans un long entretien à la chaîne de télévision anglaise Channel 4 qu'il raconte son histoire, vouée aux idéologies racistes et homophobes.

Fils d'un sympathisant d'extrême droite, il se découvre un attrait pour le nazisme dès ses 11 ans. Il ira jusqu'à placarder des croix gammées aux murs de sa chambre, ou exhiber des bustes sculptés d'Hitler. Il rejoint alors des groupes minoritaires de suprématistes blancs, basculant toujours un peu plus dans l'activisme raciste et homophobe.

Dans les années 70, il devient l'un des visages de l'extrême droite britannique, et entre au British National Party, le Front national anglais, à ses 18 ans. Kevin Wilshaw intégrera ensuite les rangs des skinhead, extrémistes violents au crâne rasé qui n'hésitent pas à employer la force pour combattre les minorités ethniques ou religieuses, les Juifs, les migrants, l'extrême gauche et "n'importe qui qui désapprouvait ce que je faisais", détaille-t-il dans l'interview.

À lire aussi
Elisabeth II, lors des célébrations de son 91e anniversaire, le 17 juin 2017 le journal
Les actualités de 6h30 - Brexit : un plan pour mettre la reine à l'abri
>
Neo-Nazi quits movement, opens up about Jewish heritage and comes out as gay

J'ai vu des personnes prises à partie parce qu'elles étaient noires

Kevin Wilshaw
Partager la citation

Se définissant comme un "extrémiste indépendant", Kevin Wilshaw va ensuite flirter avec différents groupuscules néonazis, comme les Racial Volunteer Force, un groupe de suprématistes violents et armés. Dans les années 1990, il sera même arrêté pour avoir vandalisé une mosquée à Aylesbury, au Nord-Ouest de Londres.

Il explique n'avoir jamais blessé personne volontairement. "Mais j'ai vu des incidents où des personnes étaient prises à partie par un groupe de gens parce qu'elles étaient noires. Ça m'a retourné l'estomac, j'ai rejeté ça, je l'ai repoussé dans un coin de ma tête", se souvient Kevin Wilshaw. Ses différences d'idéologies avec les suprématistes blancs, il les a ignorées, parce qu'il voulait "appartenir" à ce groupe, confie-t-il. Pendant toutes ces années, Kevin Wilshaw se mentait à lui-même, dissimulant en fait, un secret.

Coming-out et rejet des idéaux néonazis

Dans cette interview accordée à Channel 4, Kevin Wilshaw explique que son homosexualité, qu'il a toujours dissimulée, a fini par le détourner des pensées extrémistes, particulièrement hostiles à l'homosexualité.

"À une ou deux occasions, récemment, j'ai été la cible de la haine du groupe de personnes à qui je voulais appartenir. Si vous êtes gay, c'est acceptable dans la société, mais avec ces groupes de gens ce n'est pas acceptable. Et, une fois où deux, quand j'étais suspecté d'être gay, j'ai été victime d'abus.

Vous réalisez soudain que ce que vous faites est mal

Kevin Wilshaw
Partager la citation

Un néonazi, homosexuel, et fils d'une mère juive... "C'est une contradiction n'est-ce pas ?", ironise-t-il, avant d'ajouter : "C'est seulement quand c'est dirigé vers vous [la haine de ces groupuscules néo-nazis], que vous réalisez soudain que ce que vous faites est mal".

Dans cette interview à Channel 4, mise en ligne mardi 17 octobre, c'est la première fois que Kevin Wilshaw révèle son homosexualité et explique son rejet des idéaux néonazis. "Je me sens coupable, mais pas seulement. Cela m'a également empêché également d'avoir une relation avec ma propre famille et je veux m'en débarrasser, c'est un poids trop lourd", conclut Kevin Wilshaw.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Angleterre Nazisme Homosexualité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790576229
Néonazi, homosexuel et d'origine juive, il claque la porte de l'extrême-droite
Néonazi, homosexuel et d'origine juive, il claque la porte de l'extrême-droite
Kevin Wilshaw a passé près de quarante ans de sa vie au sein des groupes extrémistes, racistes et homophobes britanniques.
https://www.rtl.fr/actu/international/neonazi-homosexuel-et-d-origine-juive-il-claque-la-porte-de-l-extreme-droite-7790576229
2017-10-18 18:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0TiEaBxO017XtM9KyGWkYQ/330v220-2/online/image/2017/1018/7790576306_kevin-wilshaw-ancien-supremaciste-blanc-et-ex-membre-du-front-national-britannique.JPG