1 min de lecture États-Unis

Attentat à Manchester : États-Unis et Royaume-Uni coopèrent sur le début de l'enquête

Tandis que Manchester (Royaume-Uni) a été touché dans la soirée du 22 mai par une attaque qui a fait au moins 22 morts et plus de 50 blessés, les États-Unis, principal allié du Royaume-Uni, sont informés en temps réel des premiers éléments de l'enquête.

micro generique Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Manchester Arena : États-Unis et Royaume-Uni coopèrent sur le début de l'enquête Crédit Image : PAUL ELLIS / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
et Clémence Bauduin

Une attaque en marge d'un concert a fait au moins 22 morts et plus de 50 blessés à la Manchester Arena, au Royaume-Uni, lundi 22 mai. Les cibles étaient de jeunes gens qui sortaient d'un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande. Les États-Unis, principal allié diplomatique du Royaume-Uni, échangent très efficacement depuis l'attaque qui s'est produite en fin de soirée, le 22 mai. La piste privilégiée est celle d'une attaque terroriste et les équipes antiterroristes de ces deux pays échangent actuellement un maximum d'informations pour faire avancer l'enquête.

Les services de renseignement américains sont informés en temps réel des premiers éléments de l'enquête à Londres. Selon eux, la piste privilégiée est celle d'un attentat suicide : au moins un individu s'est fait exploser avec un sac à dos rempli d'explosifs ou une bombe dans son sac à dos rempli de clous. Ces informations émanent de sources américaines non officielles, mais il s'agit bien de la piste privilégiée confirmée par des examens médico-légaux sur un corps retrouvé sur place, qui semble être celui du terroriste.

Les services américains affirment que l'attaque s'est produite à l'extérieur de la salle de concert, mais nul ne sait si la scène a eu lieu dans le hall de l'Arena ou à l'extérieur même du complexe de spectacle. L'explosion a retenti au moment où les spectateurs commençaient à sortir de l'enceinte. L'enquête devra déterminer le but, s'il s'agissait effectivement pour le terroriste, comme ce fut le cas, de faire un maximum de dégâts. Le concert ne faisait pas l'objet de contrôles de sécurité très poussés : pas de portiques de sécurité, pas de fouilles poussées, comme c'est le cas notamment aux États-Unis ou en France.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Royaume-Uni Grande-Bretagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants