3 min de lecture Libye

Libye : 9 morts dont 5 étrangers après une attaque de l'EI

Au moins 9 personnes dont 5 étrangers ont été tués dans l'attaque d'un hôtel par des membres de l'État islamique.

Les forces de sécurité libyennes devant l'hôtel Corinthia à Tripoli, le 27 janvier 2015.
Les forces de sécurité libyennes devant l'hôtel Corinthia à Tripoli, le 27 janvier 2015.
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Des hommes armés ont attaqué mardi 27 janvier un hôtel de luxe a Tripoli, avant de se faire exploser. Au moins cinq étrangers ont été tués, a indiqué un porte-parole de la sécurité sans être en mesure de préciser leur nationalité. Le groupe État islamique en Libye a revendiqué l'attentat

Au total neuf personnes ont été tuées dans l'attaque, qui a été revendiquée par le groupe jihadiste État islamique. Outre les cinq étrangers, une "personne prise en otage" par les assaillants et dont la nationalité n'était pas connue a péri lorsque les hommes armés se sont fait exploser, a précisé le porte-parole. Trois membres de sécurité sont également morts.

On ignorait dans l'immédiat la nationalité des étrangers qui ont été tués par balles par les assaillants, mais le porte-parole de la sécurité a précisé que deux femmes figuraient parmi eux.

Trois hommes armés

L'assaut contre le Corinthia, connu pour accueillir des diplomates, des responsables libyens et des étrangers, a commencé le matin par l'explosion d'une voiture piégée devant l'établissement.

À lire aussi
Des migrants au large de la Libye en janvier 2020 Migrants
Coronavirus et crise migratoire : la Libye proche d'un désastre humanitaire

Aussitôt après, trois hommes armés ont pénétré dans l'hôtel. Ils sont immédiatement pourchassés par les forces de sécurité qui relèvent du gouvernement pro-Fajr Libya, et dont un grand nombre a également assiégé le Corinthia.

L'assaut s'est achevé en milieu d'après-midi avec la mort des trois assaillants qui ont détoné les ceintures explosives qu'ils transportaient, alors qu'ils étaient "pourchassés et encerclés" au 24e étage, selon Issam Al-Naass, porte-parole des opérations de sécurité à Tripoli.

Le chef du gouvernement auto-proclamé en Libye sain et sauf

Bilan : neuf morts. Outre les cinq étrangers, une sixième personne "prise en otage" par les assaillants et dont la nationalité n'était pas connue a péri lorsque les hommes armés se sont fait exploser, a-t-il précisé.

Trois membres de sécurité, vraisemblablement affectés à la garde de l'établissement, sont également morts, un dans la voiture piégée et deux sous les tirs des assaillants. Cinq personnes ont en outre été blessées.

Le 24e étage de l'hôtel est normalement réservé à la mission diplomatique du Qatar mais aucun diplomate ne s'y trouvait au moment de l'attaque, selon une source de sécurité. Le chef du gouvernement auto-proclamé en Libye, Omar al-Hassi, se trouvait à l'intérieur de l'hôtel au moment de l'assaut mais il a été évacué sain et sauf.

"Acte de terrorisme"

La branche libyenne du groupe jihadiste EI qui sévit notamment en Irak et en Syrie, et a déjà revendiqué plusieurs attaques en Libye a, dans un message sur Twitter, affirmé que ses membres avaient pris d'assaut l'hôtel, selon SITE.

Dans une première réaction à l'attaque contre le Corinthia, la représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini a condamné "un acte de terrorisme répréhensible qui porte un coup aux efforts destinés à rétablir la paix et la stabilité dans le pays", en allusion aux négociations en cours à Genève.

La Libye toujours sous tensions depuis la chute de Kadhafi

Depuis la chute de Mouammar Kadhafi au terme de huit mois de révolte en 2011, les autorités de transition n'ont pas réussi à imposer leur pouvoir sur les nombreuses milices formés d'ex-rebelles. Le gouvernement et le Parlement reconnus par la communauté internationale, chassés de Tripoli, siègent dans l'est de la Libye. Les milices rivales pro et antigouvernementales continuent de se disputer les territoires et la manne pétrolière au prix de combats meurtriers.

Malgré la trêve annoncée par les milices conformément à un accord conclu à Genève en janvier, les combats meurtriers ont continué notamment à Benghazi (est) où un général à la retraite appuyé par les forces gouvernementales tente de reprendre la ville contrôlée en grande partie par les groupes islamistes. Dans cette ville, il y a eu 18 morts et 44 blessés en 24 heures, a affirmé lundi soir une source de sécurité.

Lundi également, Fajr Libya a tiré trois missiles sur des réservoirs du terminal pétrolier d'Al-Sidra, dans le "croissant pétrolier", une région dont elle cherche à s'emparer.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Libye Daesh Attentat suicide
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants