2 min de lecture Royaume-Uni

Le prince William critiqué pour s'être prononcé contre le "Brexit"

Le duc de Cambridge est sorti de la réserve, normalement appliquée par la famille royale sur les affaires politiques du pays, pour se positionner contre la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Le Prince William
Le Prince William Crédit : Chris Jackson / POOL / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

La famille royale britannique est, d'ordinaire, plutôt discrète quand il s'agit d'évoquer les affaires politiques du Royaume-Uni. Mais le 16 février, le prince William a fait une exception, sortant un peu de son rôle, alors que les membres de l'Union européenne tentent d'éviter le Brexit. "Dans un monde de plus en plus turbulent, notre capacité à nous unir pour agir de façon commune avec les autres pays est essentielle. C'est le fondement de notre sécurité et de notre prospérité", a déclaré le duc de Cambridge lors d'un discours au ministère britannique des Affaires étrangères, le Foreign Office, semblant ainsi se positionner contre la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Une déclaration pas franchement appréciée par les pro-Brexit. Excédé, Nigel Farage, personnalité politique du pays, a estimé que le prince William avait été "mal conseillé". 

Une position différente de son père, le prince Charles

"Depuis des siècles, le Royaume-Uni est une nation tournée vers l'extérieur. Nous avons toujours cherché à explorer au-delà de l'horizon (...). Nous avons une longue et fière tradition de recherche d'alliés", a également déclaré le prince, dans un contexte d'intensification des négociations pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, juste avant un sommet européen qui doit se tenir jeudi 18 et vendredi 19 février. Avant la tenue de ce sommet, le président du Conseil européen, Donald Tusk, expliquait le 17 février n’avoir "aucune garantie sur un accord pour éviter le Brexit". 

Les vues pro-européennes du prince William contrastent avec les réserves exprimées par son père, le prince Charles. En mai 2015, la divulgation de la correspondance secrète entre le prince Charles et le gouvernement travailliste de Tony Blair entre 2004 et 2005 avait mis en évidence les réticences de l'héritier au trône. Il y dénonçait notamment la politique agricole commune – dont son domaine de Highrove est pourtant bénéficiaire. Le prince Philip, grand-père de William, s'en était, pour sa part, pris à l’ingérence des eurocrates dans la vie quotidienne.

Un référendum avant l'été, ou fin 2017

Initialement, le référendum sur le maintien ou non dans l'Union européenne devait avoir lieu d'ici la fin 2017. Mais si à l'issue du sommet le Royaume-Uni obtient un accord avec ses partenaires européens pour changer les termes de son adhésion à l'Union européenne, le référendum pourrait être finalement organisé juste avant l'été. La famille royale n'est pas censée s'immiscer dans les affaires politiques du pays, mais certaines déclarations sont parfois interprétées comme des prises de positions sur de grandes questions d'actualité. Ainsi, en juin dernier, la mise en garde d'Elizabeth II contre une "division de l'Europe" avait été vue comme un avertissement voilé contre les dangers qu'impliquerait une sortie du Royaume-Uni de l'UE.

À lire aussi
Un automobiliste à un point de contrôle de température, pendant l'épidémie de coronavirus. épidémie
Coronavirus au Royaume-Uni : la barre des 1.000 morts dépassée

Un épisode aux circonstances proches s'était produit en septembre 2014, peu avant le référendum d'autodétermination en Écosse. "Les Écossais devraient bien réfléchir", avait dit la reine à la sortie de l'église, près de son château écossais de Balmoral. Des propos interprétés comme un appel en faveur du "non" à l'indépendance, qui l'avait finalement emporté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Royaume-Uni Union européenne Prince William
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants