1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. La Turquie est "la planche de salut" d'Angela Merkel, selon Béatrice Hadjaje
1 min de lecture

La Turquie est "la planche de salut" d'Angela Merkel, selon Béatrice Hadjaje

REPLAY / ÉDITO - Martine Aubry a fustigé le discours prononcé par Manuel Valls sur les réfugiés en Allemagne.

Béatrice Hadjaje
Béatrice Hadjaje
Crédit : RTL.fr
La Turquie est "la planche de salut" d'Angela Merkel, selon Béatrice Hadjaje
00:02:57
La Turquie est "la planche de salut" d'Angela Merkel, selon Béatrice Hadjaje
00:02:58
micros
La rédaction numérique de RTL

Dans une tribune écrite avec 17 autres signataires et publiée ce 24 février, Martine Aubry attaque la politique de François Hollande et Manuel Valls. Elle s'insurge aussi contre la "meurtrissure de l'indécent discours de Munich" prononcé parle Premier ministre en Bavière le 13 février. Le chef du gouvernement affirma avec force qu'il n'accepterait pas en France un seul réfugié de plus que ce qui était prévu.

"Imaginez la situation inverse, si la chancelière venait dire en France 'nous, en Allemagne, on a moins de chômeurs que vous'. Le comparatif, ça ne se fait pas", explique Béatrice Hadjaje. Angela Merkel aurait-elle alors sauvé l'Europe du déshonneur aux yeux de la maire de Lille (Nord) ? Peut-être pas tout à fait. La chancelière allemande est à son tour en difficulté sur le thème des réfugiés. Critiquée à droite, de moins en moins populaire dans les sondages, la femme d'Etat a changé de discours. En novembre, elle sollicitait le président turc. Pourquoi ? Pour "qu'il garde les réfugiés syriens en Turquie", en échange de quoi l'Europe lui octroierait trois milliards d'euros, rappelle la journaliste.

La chancelière allemande a changé de discours sur les réfugiés


"La Turquie apparaît comme la planche de salut pour une chancelière en difficulté", poursuit Béatrice Hadjaje dans son édito. En Europe, le sujet est très épineux. La Pologne, la Slovaquie et la Hongrie refusent d'accueillir chez eux "des musulmans" disent-ils, les pays des Balkans veulent fermer leurs frontières et "la Grèce risque de se transformer en Calais". Dans ce contexte tendu, désormais, "Angela Merkel essaye elle aussi de dissuader les réfugiés de venir".

Néanmoins, la situation en France et trop différente de celle en Allemagne pour oser la comparaison comme le sous-entend Martine Aubry. 30 000 réfugiés seront admis dans l'Hexagone, contre un million outre-Rhin. Béatrice Hadjaje ne comprend pas quel raisonnement suit l'ancienne ministre de l'Emploi.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/