2 min de lecture États-Unis

La CIA voulait utiliser des "sérums de vérité" sur les prisonniers après le 11 septembre

Après les attentats du 11 septembre 2001, des médecins de la CIA avaient songé à cette idée, finalement pas retenue pas l'agence de renseignement. En cause : l’interdiction de mener des recherches médicales sur des prisonniers.

Le siège de la CIA à Langley aux États-Unis.
Le siège de la CIA à Langley aux États-Unis. Crédit : SAUL LOEB / AFP
103029000663527498057
Eléanor Douet
et AFP

Des "sérums de vérité". C'est ce que des médecins de la CIA souhaitaient mettre en place dans le cadre du programme d'interrogatoires poussés, assimilé à de la torture, mis en place après les attentats du 11 septembre 2001, selon des documents rendus publics mardi 13 novembre.

Cette hypothèse avait été soulevée en raison de la résistance du Palestinien Abou Zoubeida (soupçonné d'être l'un des cerveaux des attentats contre les tours jumelles du World Trade Center), malgré des simulations de noyade à répétition, la privation de sommeil ou l'enfermement dans des boîtes en 2002.

"L'intensité et la durée des interrogatoires d'AZ a surpris les médecins et a entraîné l'examen d'une alternative, a priori plus bénigne, d'interrogatoires basés sur l'usage de drogues", selon un rapport d'un ancien médecin chef de l'agence américaine du renseignement.

À lire aussi
Donald Trump en campagne au Texas, le 22 octobre 2018 Amérique du Nord
États-Unis : le compromis de Donald Trump peut-il permettre une sortie de crise ?

Ne pas "perdre la face"

Ce document de 90 pages a été mis en ligne mardi par la puissante organisation de défense des droits civiques ACLU qui a obtenu sa déclassification après une longue bataille judiciaire. Selon ce rapport, des médecins de la CIA s'étaient penchés sur les précédents historiques et penchaient pour l'usage du puissant sédatif midazolam, sans être convaincus de son efficacité.

"Il semble que, si un individu peut endurer un interrogatoire intense, il pourra tenir face aux narcotiques", écrivait son auteur, tout en notant que ces drogues "pourraient servir d'excuses pour que le prisonnier se montre plus disert sans perdre la face".

Le programme arrêté par Obama

Les soutiens de cette idée se sont heurtés à l'interdiction pour la CIA de mener des recherches médicales sur des prisonniers, décidée après le suicide d'une personne à qui du LSD avait été donné dans le cadre d'un programme secret dans les années 50.

Après avoir bataillé pour obtenir un feu vert du ministère de la Justice sur les autres méthodes d'interrogatoires, le service juridique de la CIA "n'a pas voulu soulevé une nouvelle question auprès du ministère", selon ce rapport.

Dans un décret de 2009, l'ancien président démocrate Barack Obama a mis un terme définitif à ce programme d'interrogatoires controversés, parfois assimilés à de la torture et menés dans des prisons secrètes de la CIA. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Amérique du Nord Attentats du 11 septembre 2001
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795569489
La CIA voulait utiliser des "sérums de vérité" sur les prisonniers après le 11 septembre
La CIA voulait utiliser des "sérums de vérité" sur les prisonniers après le 11 septembre
Après les attentats du 11 septembre 2001, des médecins de la CIA avaient songé à cette idée, finalement pas retenue pas l'agence de renseignement. En cause : l’interdiction de mener des recherches médicales sur des prisonniers.
https://www.rtl.fr/actu/international/la-cia-voulait-utiliser-des-serums-de-verite-sur-les-prisonniers-apres-le-11-septembre-7795569489
2018-11-14 14:38:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/VEBUuV0WMICcunsK5fFsXg/330v220-2/online/image/2018/0130/7792045492_le-siege-de-la-cia-a-langley-aux-etats-unis.jpg