2 min de lecture Géopolitique

"L’imprudence" de la Russie pourrait "accidentellement" déclencher un conflit mondial

Un chef d'armée britannique s'inquiète des actions de la Russie et d'un comportement qu'il qualifie d'"imprudent".

Vladimir Poutine au G-20 d'Osaka le 29 juin 2019
Vladimir Poutine au G-20 d'Osaka le 29 juin 2019 Crédit : Yuri KADOBNOV / POOL / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le comportement "imprudent" de la Russie et ses violations du droit international risquent de déclencher "accidentellement" un nouveau conflit mondial, a prévenu dimanche 10 novembre le général Nick Carter, chef d'état-major de la Défense britannique.

Alors que le Royaume-Uni fête aujourd’hui le "Dimanche du souvenir" (Remembrance Day), qui rend hommage aux soldats britanniques et du Commonwealth tombés au champ d'honneur, le chef militaire s’est exprimé dans le journal The Sunday Telegraph sur la sécurité mondiale. "Des Etats ambitieux comme la Russie, la Chine et l'Iran s'affirment d'une manière qui constitue un défi pour notre sécurité, stabilité et prospérité", a-t-il écrit.

Il accuse ces pays d’opérer en "zone grise" avec de "nouveaux types d'armements" et prend pour exemple les cyberattaques, la diffusion de fausses informations ou le recours à des sociétés militaires privées qui "sapent notre cohésion politique et détruisent insidieusement notre mode de vie".

Des "activités infâmes" sur le continent africain

Nick Carter note une assurance plus vive de la part de la Russie qu’il décrit sur la BBC comme "bien plus sûre d'elle qu'il y a dix ans". Et pointe du doigt les "activités infâmes" sur le continent africain du groupe paramilitaire russe Wagner, soupçonné d’appartenir à un homme d'affaires proche du Kremlin ou une opération de désinformation dans plusieurs pays d'Afrique, démantelée par Facebook, menée à partir de la Russie par le réseau d'un proche de Vladimir Poutine.

À lire aussi
Hillary Clinton, le 16 novembre 2016 Donald Trump
Hillary Clinton parodie la lettre de Donald Trump à Recep Tayyip Erdogan


Le Britannique insiste : il ne considère pas que la Russie souhaite partir en guerre "selon la définition traditionnelle du terme" mais il remarque "un comportement imprudent" de sa part. "Le manque de respect pour le droit international (...) risquent d'entraîner une escalade qui peut facilement mener à une erreur de jugement par inadvertance", a-t-il ajouté dans le journal dominical.

Nick Carter n’est pas le seul à s’inquiéter des actions de la Russie à l’étranger. Des cyberattaques ont été attribuées au Kremlin contre des organismes sportifs mondiaux, le Parti démocrate américain et l'Otion pour l'interdiction des armes chimiques située aux Pays-Bas. La Russie a nié ces accusations. 

Lire la suite
Géopolitique Russie Royaume-Uni
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants