2 min de lecture Attentat suicide

Kaboul : attentat-suicide contre le centre culturel français

Un attentat-suicide dans un lycée de Kaboul abritant un centre culturel français a fait plusieurs morts et 15 blessés.

Le lycée Istiqlal à Kaboul en 2001 (Archives)
Le lycée Istiqlal à Kaboul en 2001 (Archives) Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le centre culturel français de Kaboul a été ce jeudi 11 décembre la cible d'un attentat-suicide qui a fait au plusieurs morts et au moins 15 blessés. Ces nouvelles violences dans le centre de la capitale afghane font suite à un attentat suicide des talibans plus tôt en journée contre un autobus militaire ayant tué six soldats.


"Aucune victime française n'est à déplorer" dans l'attentat survenu lors d'une représentation théâtrale au centre culturel français de Kaboul, a précisé le ministre. "Selon nos premières informations, un kamikaze s'est fait exploser dans la foule au lycée Istiqlal", qui abrite également le centre culturel français, a déclaré Sediq Sediqqi, le porte-parole du ministère.

Des attentats qui surviennent après les révélations sur la torture de la CIA

"Il y a eu un attentat suicide au centre culturel français", a ajouté un cadre de la police de Kaboul, le général Farid Afzali, alors que le ministre par intérim de l'Intérieur, Mohammad Ayoub Salangi, évoquait au début "un mort et 15 blessés" dans cette attaque.

Dans un bref message envoyé à de nombreux journalistes, les talibans ont revendiqué cet attentat contre des soldats qui intervient à un peu plus de deux semaines de la fin de la mission de combat de l'Otan en Afghanistan et au surlendemain de la publication d'un rapport du Sénat américain sur la torture pratiquée par des agents de la CIA dans la foulée du 11-Septembre.

Les attentats de plus en plus fréquents à Kaboul

À lire aussi
Usman Khan, l'assaillant de l'attaque à Londres, le 29 novembre Londres
Attentat de Londres : Usman Khan voulait suivre des séances de déradicalisation

Au cours des dernières semaines, les attentats sanglants se sont multipliés à travers l'Afghanistan, notamment à Kaboul. Fin novembre, les talibans avaient même lancé une attaque contre une résidence occupée par une famille sud-africaine établie depuis douze ans dans le pays, dont le père travaillait pour une organisation active dans le domaine de l'éducation et la mère dans un centre médical.

Le père Werner Groenewald, 46 ans, son fils Jean-Pierre, 17 ans, et sa fille Rode, 15 ans, ainsi qu'un Afghan ont été tués dans cette attaque, alors que son épouse, Hannelie, a survécu.

Ashraf Ghani appelle les talibans à la négociation

Dans l'espoir de stabiliser le pays au moment où l'Otan réduit la voilure, le nouveau président Ashraf Ghani, qui a d'ailleurs vivement dénoncé mercredi la torture par les agents du renseignement américain, a appelé les talibans à des négociations, mais ceux-ci refusent pour l'heure de dialoguer directement avec Kaboul.

L'essentiel des forces de l'Otan, qui ont compté jusqu'à 130.000 soldats en 2010, doit finir de plier bagages d'ici la fin du mois. Au premier janvier, la mission de combat cédera sa place à "Soutien Résolu", une mission d'assistance et de formation de l'armée et de la police afghanes, en première ligne des combats contre les rebelles talibans qui ciblent les militaires pour affaiblir l'armée locale et décourager les vocations militaires au sein de la population.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat suicide Kaboul Afghanistan
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants