2 min de lecture Suède

Julian Assange : le parquet suédois requiert sa détention dans l'affaire de viol

Poursuivi pour un viol présumé commis en 2010 en Suède, Julian Assange a vu déposé à son encontre lundi, une demande de placement en détention par le parquet suédois.

Julian Assange à l'ambassade d'Équateur le 19 mai 2017
Julian Assange à l'ambassade d'Équateur le 19 mai 2017 Crédit : JUSTIN TALLIS / AFP
Simon Dujardin
Simon Dujardin et AFP

Presque 10 ans après les faits, le parquet suédois a demandé lundi, le placement en détention de Julian Assange, déjà emprisonné en Grande-Bretagne, en vue de l'émission d'un mandat d'arrêt européen à l'encontre du fondateur de WikiLeaks poursuivi pour un viol présumé commis en Suède en août 2010. 

"Je demande au tribunal le placement en détention d'Assange en son absence, en raison de soupçons de viol", a annoncé dans un communiqué Eva-Marie Persson, procureure en charge de l'instruction. Le tribunal d'Uppsala qui a reçu la demande, doit, selon la procédure suédoise, statuer au plus tard le lendemain de la saisine.

La procureure a ajouté que si elle voyait sa demande acceptée, elle émettrait directement un mandat d'arrêt européen, pour obtenir le transfèrement en Suède du fondateur de Wikileaks.

Une affaire qui dure

L'enquête suédoise a été rouverte le 13 mai et a relancé le feuilleton judiciaire qui dure depuis près de 10 ans durant lesquels Julian Assange et ses soutiens n'auront eu de cesse de dénoncer une manœuvre destinée à le faire extrader vers les États-Unis pour y répondre des fuites de documents secrets américains via Wikileaks.

À lire aussi
Les suédois profitant du Sundspromenaden à Malmö en Suède, sans masques coronavirus
Coronavirus en Suède : un taux de mortalité record dû au non-confinement ?

La justice suédoise avait arrêté les poursuites en mai 2017, faute de pouvoir faire avancer l'enquête. Ce qui a réamorcé l'affaire, c'est l'arrestation de l'Australien le 11 avril dernier à l'ambassade de l'Equateur à Londres, après s'être fait retirer sa demande d'asile par Quito. Il a été condamné à 50 semaines de prison, en Grande-Bretagne pour ne pas avoir respecté les conditions de sa liberté surveillée en allant se réfugier dans cette ambassade en 2012, afin de ne pas être remis à la Suède.

En plus du probable futur mandant d'arrêt européen, Julian Assange est aussi sous le coup d'une demande d'extradition des États-Unis, pour avoir publié sur son site plusieurs milliers de documents confidentiels. "Dans l'éventualité d'un conflit entre le mandat d'arrêt européen et une demande d'extradition de la part des États-Unis, les autorités britanniques décideront sur l'ordre de priorité. L'issue de ce processus est impossible à prévoir", a déclaré Mme Persson.

Fin 2010 Wikileaks a diffusé plus de 70.000 documents classés confidentiels, à propos des opérations de la coalition internationale en Afghanistan, puis en octobre suivant 400.000 rapports concernant l'invasion américaine en Irak et, un mois plus tard, le contenu de quelque 250.000 câbles diplomatiques américains. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Suède Viol Parquet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants