2 min de lecture Proche-orient

Jésus : ce qu'il faut savoir sur l'ouverture de sa tombe à Jérusalem

ÉCLAIRAGE - Des scientifiques ont ouvert la tombe dans l'église du Saint-Sépulcre, ce qui n'était pas arrivé depuis 1810 au moins.

Des experts travaillant sur le tombeau de Jésus à Jérusalem, le 28 octobre 2016
Des experts travaillant sur le tombeau de Jésus à Jérusalem, le 28 octobre 2016 Crédit : GALI TIBBON / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Des scientifiques ont ouvert pour la première fois depuis au moins deux siècles le lieu considéré par les chrétiens comme étant la tombe de Jésus, dans l'église du Saint Sépulcre à Jérusalem. L'opération a été réalisée du 26 au 29 octobre. C'est la première fois que cette pierre tombale est ainsi soulevée depuis au moins l'année 1810, lorsque de précédents travaux de restauration avaient été entrepris à la suite d'un incendie. "C'est émouvant car c'est quelque chose dont nous parlons depuis des siècles", a indiqué le Père Samuel Aghovan, le supérieur de l'église arménienne.

L'opération en cours doit permettre d'effectuer des analyses des matériaux et des structures, expliquent des experts. Cette restauration est prévue pour durer huit mois afin d'être terminée pour les fêtes de Pâques de 2017. Elle est menée par des experts grecs avec le soutien de la National Geographic Society. 

Qu'il y a-t-il dans le tombeau ?

Selon la tradition chrétienne, le corps de Jésus a été posé dans un lit funéraire taillé dans le roc à la suite de sa crucifixion par les Romains en l'an 30 ou 33. Les chrétiens croient que le Christ a ressuscité et que des femmes venues oindre son corps trois jours après son enterrement ont affirmé qu'elles n'avaient rien trouvé. Selon le magazine National Geographic, qui a consacré un article aux travaux de restauration, la mise au jour "du lit funéraire va fournir aux chercheurs une occasion sans précédent d'étudier la surface d'origine de ce qui est considéré comme le site le plus sacré du christianisme".

Mais comme le note l'historien Jean-François Colosimo, cité par Le Parisien, ces travaux n'ont pas pour but de prouver la résurrection de Jésus car "il n'y aura jamais de preuve scientifique" et "cela appartient au registre de la foi".

Comment la restauration se déroule-t-elle ?

À lire aussi
éducation nationale
Laïcité : "L'école est sous une très forte pression islamiste", selon Didier Lemaire

Le projet de restauration dans l'église du Saint-Sépulcre a débuté en mai. Des échafaudages ont été montés autour du site, ainsi que des panneaux de protection tandis qu'une structure métallique a été apposée devant l'entrée du tombeau pour protéger les touristes. La plaque de marbre recouvrant la tombe a été déplacée durant trois jours dans le cadre de travaux de restauration menés dans cette église située dans la vieille ville.

Le tombeau est situé dans une petite structure connue sous le nom d'édicule qui a été reconstruite en marbre à la suite d'un incendie. Il est soutenu depuis des dizaines d'années par une structure métallique, qui maintient ensemble les blocs de marbre. Mais ceux-ci se désolidarisent sous l'effet, autrefois des intempéries et, aujourd'hui, de l'afflux quotidien de milliers de pèlerins et touristes.

L'édicule dressé sous la coupole de l'église sera démonté et reconstruit à l'identique. Seules les pièces trop fragiles ou cassées seront remplacées tandis que les plaques de marbre pouvant être conservées seront nettoyées. La structure qui les supporte sera consolidée. Les travaux seront financés par les trois principales confessions chrétiennes du Saint-Sépulcre (Grecs-Orthodoxes, Franciscains, Arméniens) ainsi que par des contributions publiques et privées.

Quid des "perturbations électromagnétiques" ?

Dans les colonnes du Figaro, le professeur Antonia Moropoulou, qui dirige les opérations, affirme que les travaux ont été rendus compliqués "par des perturbations électromagnétiques d'une ampleur tout à fait inhabituelle". Ceux-ci ce sont déclenchés lorsque la dalle de marbre a été retirée. "Certains de nos appareils ont même complètement cessé de fonctionné". La scientifique, de l'université nationale technique d'Athènes, n'explique cependant pas les raisons de cette perturbation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Proche-orient Catholiques Christianisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants