1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Himalaya : "Il faut décorer les sauveteurs polonais", clame Nicolas Domenach
2 min de lecture

Himalaya : "Il faut décorer les sauveteurs polonais", clame Nicolas Domenach

BILLET - Lors de ses vœux aux forces vives de la Nation, mardi 30 janvier, Emmanuel Macron a célébré les héros français de 2017. Cela ne suffit pas au journaliste Nicolas Domenach, qui cite d'autres noms par-delà nos frontières.

Une équipe de sauvetage a récupéré Elisabeth Revol en hélicoptère dans la montagne de Nanga Parbat (Pakistan), le 28 janvier 2018
Une équipe de sauvetage a récupéré Elisabeth Revol en hélicoptère dans la montagne de Nanga Parbat (Pakistan), le 28 janvier 2018
Crédit : Sayed Fakhar ABBAS / AFP
Himalaya : "Il faut décorer les sauveteurs polonais", clame Nicolas Domenach
00:02:21
Himalaya : "Il faut décorer les sauveteurs polonais", clame Nicolas Domenach
00:02:23
Nicolas Domenach & Loïc Farge

Attention ! Je trouve formidable que l'Élysée ait décidé de mettre à l'honneur non pas des membres de l'élite déjà couverts d'honneurs et de richesses, mais des héros de l'ombre - des policiers, des infirmières, des étudiants - pour des actes de bravoure ou de service anonyme.

Puisque Emmanuel Macron est sur la bonne voie, je lui conseille d'aller plus loin et de distinguer ces sauveteurs polonais, ces alpinistes acrobates qui, au péril de leur vie, ont arraché à la mort une de leurs collègues, Élisabeth Revol, en perdition dans l'Himalaya.

Comme toutes les belles histoires, il faut y revenir car elles sont pleines de vie. La solidarité a joué à plein. D'abord financièrement, puisque plus de 50.000 euros ont été très vite réunis via Internet pour payer un hélicoptère qui dépose une équipe de secours volontaire (quatre Polonais, donc) à plus de 5.000 mètres d'altitude sur le Nanga Parbat ("la Montagne tueuse").

Sans visibilité, par -40°C, deux d'entre eux ont gravi 1.000 mètres en une nuit - ce qui, en temps normal, nécessite plusieurs jours. Ainsi ont-ils récupéré Élisabeth Revol à bout de forces, et qui avait dû abandonner son compagnon d'escalade (un Polonais), incapable de suivre.

J'admire ceux qui risquent leur peau pour la beauté du geste

Nicolas Domenach
À lire aussi

La tragédie de la mort est là qui accompagne ce sauvetage miracle. Certains crieront au fou, au risque inutile. Moi, j'admire ceux qui risquent leur peau pour la beauté du geste, et qui vont chercher à décrocher la lune en montant toujours plus haut.

Je ne suis pourtant pas alpiniste. J'ai le vertige. Mes sommets à moi, ils sont dans ma bibliothèque : quand je grimpe à l'échelle pour dénicher quelques grimoires dans les rayons du haut. Mais j'ai un grand respect pour ces conquérants de l'inutile, un peu dingos, car l'oxygène se fait rare aux sommets.

Mais pour vivre, il faut rêver et donc viser haut. Ce qui ne m’empêche pas de préférer lire. Par exemple Premier de cordée, qui n'a pas été écrit par Emmanuel Macron mais par Roger Frison-Roche, un alpiniste. Le tome suivant d'ailleurs s'appelle La grande crevasse. Alors décorer des sauveteurs polonais, ça peut servir !

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/