1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : pourquoi voit-on des roquettes plantées dans le sol ?
1 min de lecture

Guerre en Ukraine : pourquoi voit-on des roquettes plantées dans le sol ?

Depuis le début de la guerre en Ukraine, des images, diffusées sur les réseaux sociaux, montrent des morceaux de missiles plantés dans le sol et qui n'auraient pas explosé. Or, il s'agit de restes de roquettes de bombes à sous-munitions chargées de larguer ces armes interdites.

Ces objets ne sont pas des missiles qui n'ont pas explosé.
Ces objets ne sont pas des missiles qui n'ont pas explosé.
Crédit : RADIO FREE EUROPE/RADIO LIBERTY / AFP
Théo Putavy

"Nombreux bombardements à Kharkiv. Plusieurs munitions n'ont pas explosé", pouvait-on lire sur Twitter le 25 février dernier, deuxième jour de guerre en Ukraine. Ces images de "missiles" plantés dans le sol se sont multipliées sur les réseaux sociaux ces derniers jours, sans même que la majorité des utilisateurs ne sache ce à quoi ces objets correspondent. 

En réalité, il s'agit de restes de moteurs de fusée de lance-roquettes BM-30 Smerch, utilisées par l'armée russe, indique Bellingcat. Ces projectiles n'explosent donc pas. Ils sont chargés de larguer en amont des bombes à sous-munitions et finissent leur course aux alentours des explosions. 

Mais la présence de ces queues de missiles dans les villes ukrainiennes ont permis d'attester l'utilisation par l'armée russe de "cluster bombs" (bombes à sous-munitions), interdites depuis 2010 par une convention internationale - que ni Moscou ni Kiev n'ont signée. 

"Rien ne justifie de larguer des armes à sous-munitions dans des zones peuplées, encore moins à proximité d'une école", a déclaré lundi 28 février Agnès Callamard, secrétaire générale d'Amnesty International, avant d'ajouter : "C'est simple, cela devrait faire l'objet d'une enquête en tant que crime de guerre". 

Le principal problème de ces bombes réside dans le fait qu'elles ne peuvent pas viser une cible précise. C'est pourquoi elles sont très dangereuses pour les civils, devenant des dommages collatéraux des attaques. D'ailleurs, Human Rights Watch a rappelé que "les forces gouvernementales ukrainiennes et les groupes armés soutenus par la Russie ont utilisé des armes à sous-munitions dans l’est de l’Ukraine entre juillet 2014 et février 2015". 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub
Flash Actu