1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : comment s’organise la traque des oligarques russes en France ?
3 min de lecture

Guerre en Ukraine : comment s’organise la traque des oligarques russes en France ?

Alors que la guerre en Ukraine se poursuit, l'Union européenne tente de freiner les ardeurs russes en déployant de multiples sanctions à l'encontre des oligarques russes. RTL vous explique comment s'organise la traque.

Le yacht à Monaco de Sergei Galitsky, un oligarque russe
Le yacht à Monaco de Sergei Galitsky, un oligarque russe
Crédit : Valery HACHE / AFP
Guerre en Ukraine : comment s'organise la traque des oligarques russes en France ?
00:04:27
Pierre Herbulot - édité par Romain Giraud

Un nouveau yacht d’un oligarque russe immobilisé hier en Espagne, ou encore des avoirs gelés. Tant de sanctions de l'Union européenne censées devoir freiner les ardeurs russes en Ukraine. Pour autant, difficile d'imaginer les coulisses de cette traque inédite. Les principaux visés sont les oligarques, ce sont en effet les hommes politiques, haut gradés militaires, mais aussi et surtout des chefs d’entreprises proches du pouvoir. 

Très riches, parfois à la tête de fortunes de plusieurs dizaines de milliards d’euros, certains font partie du premier cercle de Vladimir Poutine : amis d’enfances, camarades de son club de judo ou encore ex-collègues du KGB. D’autres ne le connaissent pas directement. Des amis d’amis qui ont bénéficié à un moment donné d’un coup de pouce en affaire comme l’attribution de marchés publics juteux. 

Sur la liste noire de l’Union Européenne, ils sont à peu près 900 à être visés, mais la liste est régulièrement étoffée. Des noms sont ajoutés quasiment tous les jours. Leurs avoirs sont gelés, cela veut dire qu’ils n’ont plus accès à tous leurs biens en Europe. Leurs biens financiers d’abord : leurs comptes en banque, leurs loyers, leurs parts dans des entreprises. Tout est bloqué.

Mais aussi, et c’est inédit, des biens matériels : des yachts, des appartements, des villas notamment sur la côte d’Azur, des jets privés. Ou encore des œuvres d’art et même parfois des vignobles, à Saint-Emilion par exemple, comme l'explique Olivier Dargans avocat spécialiste des sanctions économiques : "ça veut dire que concrètement qu'un bateau va être forcé de rester à quai, mais qu'il appartiendra toujours à l'oligarque. Le jour ou ces sanctions seront levées, l'oligarque pourra sortir son bateau du port de Saint-Tropez ou pourra déposer les scellés qui auront été mis sur sa propriété au cap d'Antibes", explique-t-il.

Les services Français peinent à mettre la main sur tous les biens

À lire aussi

Pour traquer et débusquer tout ce qui relie ces proches de Poutine à la France, Bercy a mis en place une "task force", une équipe spéciale composée plusieurs dizaines de personnes. La quantité exacte de biens gelés n'est pas connue, c'est confidentiel nous dit Bercy. C'est en réalité trois fois rien. La réalité, c'est que les services ont un mal fou à obtenir des résultats. 

Les oligarques ont tout fait depuis des années, à la demande de Poutine, pour rendre les recherches ultra complexes, notamment en n’achetant jamais en leur nom, raconte l’avocat Olivier Dargans : "un oligarque va par exemple acheter une villa au Cap d'Antibes. Il va monter une société civile immobilière qu'il va domicilier à Monaco. Et ensuite, vous allez plusieurs sociétés qui vont être domiciliées dans des paradis fiscaux et qui peuvent parfois être au nom de leur épouse ou de leur enfant, voire de leur parent. On sait que par exemple, l'ex-épouse de Vladimir Poutine a une villa à Biarritz, mais le gouvernement français n'est pas en capacité de prouver qu'elle lui appartient et qu'elle peut être saisie", poursuit-il.

Si 10% des biens des oligarques en France sont découverts, "ce sera une belle victoire", dit un spécialiste. C’est d’ailleurs cette opacité qui fait qu’il est impossible de chiffrer le patrimoine de ses proches de Poutine en France. En revanche, il n'y a pas de doute sur l’unité de mesure : il s'agit bien de la centaine de milliards d’euros.

Une procédure symbolique ?

Montrer un yacht d'une valeur de 500 millions immobilisé, que ce soit à La Ciotat, en Italie ou en Espagne, cela fait des belles images. Mais dans les faits, ils sont toujours la propriété des amis de Poutine, ce qui fait dire à certaines associations que la France et l’Europe ne vont pas assez loin. 

Il faut mener des enquêtes, prouver que les biens sont achetés avec de l’argent sale et les saisir. C’est ce que souhaite Sarah Brimbeuf, spécialiste du blanchiment d’argent à l’ONG Transparency Internationale : "dans ce cadre-là, la saisie a pour but la confiscation, donc on retire la propriété définitivement. En effet, la saisie peut avoir un impact en termes de privation de la propriété qui va beaucoup plus loin que le gel. C'est un symbole de justice et cet argent peut servir à réparer l'Ukraine après la guerre", affirme-t-elle.

L’objectif principal est donc de rendre la vie en Europe impossible pour les oligarques russes. Créer une frustration en les privant d’une partie de leur fortune et espérer les retourner contre le maitre du Kremlin.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/