1 min de lecture Londres

Grande-Bretagne : un violon de 310 ans oublié dans un train

Un violoniste britannique a oublié mardi 22 octobre dans un train londonien son instrument datant de 1709, d'une valeur de 289.000 euros.

Le violon égaré de Stephen Morris
Le violon égaré de Stephen Morris Crédit : Stephen Morris / DR
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

Fugue pour violon esseulé et virtuose étourdi. Une compagnie ferroviaire britannique a assuré lundi remuer "ciel et terre" pour aider un musicien à retrouver son violon de 310 ans. Un instrument bêtement oublié dans un train et dont la valeur est estimée à 250.000 livres, soit 289.000 euros. 

La mésaventure s'est déroulée mardi 22 octobre dans la soirée. Le soliste Stephen Morris a oublié son violon, fabriqué par le luthier allemand David Tecchler en 1709, dans un train reliant la gare de Londres Victoria à Orpington, au sud-est de Londres, selon la BBC.

"Nous faisons tout ce que nous pouvons pour retrouver le précieux violon de Stephen, et nos collègues ont déjà remué ciel et terre pour essayer de comprendre ce qui lui est arrivé", a commenté un porte-parole de la compagnie Southeastern dans un communiqué transmis à l'AFP. Il a précisé que l'entreprise collaborait avec la police des transports pour visionner les images des caméras de surveillance du train et des arrêts par lequel il est passé.

"C'est comme avoir le bras amputé"

Selon la BBC, Stephen Morris a dû emprunter un violon à sa femme, violoniste professionnelle également, pour se produire avec le Royal Philharmonic Orchestra dans le cadre de deux concerts d'Andrea Boccelli durant le week-end.

À lire aussi
Les rues de Londres, en pleine épidémie de coronavirus. Londres
Coronavirus au Royaume-Uni : la vie des Londoniens reprend peu à peu, le vélo plébiscité

"C'est bouleversant de l'avoir perdu, mais outre sa valeur, c'est mon gagne-pain", a expliqué le musicien, qui a joué sur des musiques de film comme Le Seigneur des anneaux et James Bond, ainsi qu'aux côtés de David Bowie ou Stevie Wonder.

"Je n'étais vraiment qu'un de ses gardiens, une des nombreuses personnes qui ont joué de cet instrument, et j'espérais pouvoir le transmettre un jour à un autre violoniste", a-t-il ajouté. "Selon mes collègues, jouer avec un autre violon n'a pas affecté la performance, mais c'est comme avoir le bras amputé".

Le musicien a exhorté quiconque retrouverait le violon, qu'il a acheté en 2003 et décrit comme "un morceau d'histoire", à "le rendre".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Londres Grande-Bretagne Royaume-Uni
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants