2 min de lecture Agression sexuelle

États-Unis : une chroniqueuse accuse Trump de viol et réclame un échantillon d’ADN

E. Jean Carroll, une chroniqueuse de 76 ans, accuse Donald Trump de l’avoir violée en 1995 ou 1996 et lui réclame un échantillon d'ADN. Le président a jusqu'au 2 mars pour fournir le prélèvement.

E. Jean Carroll, à Alice Tully Hall, le 10 novembre 10 2019 (New York)
E. Jean Carroll, à Alice Tully Hall, le 10 novembre 10 2019 (New York) Crédit : Ilya S. Savenok / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

Le président américain Donald Trump a jusqu’au 2 mars pour fournir un échantillon d’ADN. Elizabeth Jean Carroll, 76 ans, l’accuse de l’avoir violée en 1995 ou 1996 et affirme que des traces d'un ADN masculin ont été relevées sur la robe qu’elle portait au moment des faits. La plaignante a mis en demeure le président, jeudi 30 janvier, de fournir un prélèvement.

L’ADN parlera-t-il ? C’est ce qu’espère E. Jean Carroll, l'éditorialiste qui accuse Donald Trump de l’avoir violée en 1995 ou 1996 dans le grand magasin new-yorkais Bergdorf Goodman. Ce jour-là, le président l’aurait coincée dans une cabine d’essayage et l’aurait "brièvement pénétrée" avant qu'elle ne réussisse à le repousser.

Dans un tweet publié jeudi 30 janvier, E. Jean Carroll a indiqué que la robe avait "été testée" pour y relever des traces d’ADN. Elle l’avait conservée sans la laver dans un placard, rapporte Ouest-France

Donald Trump avait nié les faits, prétextant n’avoir "jamais rencontré cette personne de [sa] vie". "Ce n’est pas mon genre de femme", avait-il ajouté. Pourtant, plusieurs clichés montrent le président américain avec E. Jean Carroll et son époux lors d'une soirée, rapporte The New YorkerSollicité par l’AFP, l’avocat qui représente le président n’a pas voulu s’exprimer. 

À lire aussi
Le père Preynat lors de son procès agression sexuelle
Procès Preynat : condamné pour agressions sexuelles, l'ex-prêtre fait appel

Début novembre, E. Jean Carroll avait attaqué Donald Trump en diffamation dans l’État de New York alors qu’il avait affirmé qu’elle avait inventé ses accusations. La juge chargée du dossier a déjà rejeté un recours en annulation des avocats du président : ils faisaient valoir que la magistrate n’avait pas juridiction pour statuer.

 
Au moins 16 femmes ont accusé Donald Trump de les avoir agressées sexuellement avant son élection, accusations que le président a toujours contestées. L’avocat d’E. Jean Carroll a donné jusqu’au 2 mars au président et à ses avocats pour délivrer un prélèvement d’ADN. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agression sexuelle Donald Trump Viol
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants