1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : trois femmes portent plainte contre Harvard pour avoir ignoré des faits de harcèlement sexuel
1 min de lecture

États-Unis : trois femmes portent plainte contre Harvard pour avoir ignoré des faits de harcèlement sexuel

Trois femmes doctorantes ont déposé plainte mardi contre Harvard en accusant l'université américaine d'avoir ignoré leurs signalements visant des faits présumés de harcèlement sexuel perpétrés par un professeur.

L'université d'Harvard dans le Massachusetts
L'université d'Harvard dans le Massachusetts
Crédit : Maddie Meyer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Romain Giraud & AFP

Une plainte a été déposée mardi contre Harvard par trois femmes doctorantes accusant l'université américaine d'avoir ignoré leurs signalements visant des faits présumés de harcèlement sexuel perpétrés par un professeur

La plainte accuse le professeur d'anthropologie John Comaroff, 77 ans, de "s'être servi de son pouvoir et de son piédestal depuis des années à Harvard pour exploiter des apprenties chercheuses" : "Il embrassait et pelotait les étudiantes sans leur consentement et menaçait de saboter leurs carrières si elles se plaignaient", dénonce la plainte de Margaret Czerwienski, Lilia Kilburn et Amulya Mandava, dont l'histoire a d'abord été racontée mardi par le New York Times

Depuis cinq ans, les trois femmes ont de nombreuses fois signalé les faits à l'administration de Harvard mais l'université les a traités avec une "indifférence délibérée", accusent-elles dans leur document judiciaire. Même si les plaignantes accusent Harvard d'avoir longtemps ignoré leurs allégations, leur plainte reconnaît qu'un "comité de Harvard qui a examiné l'atmosphère du département d'anthropologie vient de conclure qu'il y régnait une ambiance sexiste et misogyne dans une faculté majoritairement blanche et masculine".

D'après le New York Times, les faits ont commencé à être rendus publics il y a un an dans le journal de Harvard. Le professeur a alors été mis en congés et une enquête interne a conclu qu'il s'était rendu coupable de harcèlement verbal. Il ne devrait pas pouvoir enseigner l'an prochain selon le quotidien, qui précise que l'université ne l'a pas accusé de harcèlement ou d'agression sexuels Ses avocats, interrogés par le journal, ont indiqué dans un communiqué que leur client démentait "catégoriquement" les accusations des étudiantes.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.