1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : pourquoi le droit à l’avortement est plus que jamais menacé
1 min de lecture

États-Unis : pourquoi le droit à l’avortement est plus que jamais menacé

Près de 50 ans après avoir interdit aux États de faire passer des lois qui restreignent le droit à l'avortement, la Cour suprême accepte de potentiellement revenir sur cette décision.

Un panneau brandit lors d'une manifestation contre l'IVG aux États-Unis.
Un panneau brandit lors d'une manifestation contre l'IVG aux États-Unis.
Crédit : SAUL LOEB / AFP
Victor Goury-Laffont

Début 2020, Donald Trump devenait le premier président à participer à la "marche pour la vie", un rassemblement contre le droit à l'avortement organisé tous les ans à Washington, la capitale américaine. Tout au long de son mandat, le 45ème président des États-Unis se présentait comme un opposant aux interruptions volontaires de grossesses. S'il a depuis dû céder sa place à Joe Biden, c'est maintenant que se font sentir les conséquences de cette politique.

En 1973, avec la fameuse décision Roe V. Wade, la Cour suprême affirmait que la Constitution américaine protégeait le droit de recourir à un avortement. Il est par conséquent interdit aux États d'adopter des lois qui pourraient contrevenir à cette liberté. Près de 50 ans plus tard, la plus haute juridiction a accepté, ce lundi 17 mai, d'examiner une requête qui remet en cause ce principe.

L'État du Mississippi a fait passer un texte qui interdirait les IVG au-delà de 15 semaines de grossesse, alors que ce droit est pour l'instant garanti tant que le fœtus n'est pas viable, entre la 22ème et la 24ème semaine. Au cours de sa présidence, Donald Trump a pu nommer trois juges à la Cour suprême à la suite de deux décès et d'un départ à la retraite. Avec eux, six des neuf juges de l'institution sont conservateurs et ont déjà exprimé des réserves sur Roe V. Wade.

Une interdiction quasi-totale votée au Texas

La décision de la Cour suprême pourrait arriver alors que plusieurs États républicains s'attaquent aux droits liés à la reproduction. Le gouverneur du Texas a signé ce mercredi 19 mai une loi qui empêcherait les avortements au-delà de la sixième semaine de grossesse.

À lire aussi

Une échéance qui correspond, généralement, aux premiers battements de cœur du fœtus, argument mis en avant par les législateurs favorables à ces restrictions. De nombreuses personnes enceintes ne le découvrent cependant qu'après cette période.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/