1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : plus de 150 employés d'un hôpital licenciés pour avoir refusé la vaccination
2 min de lecture

États-Unis : plus de 150 employés d'un hôpital licenciés pour avoir refusé la vaccination

Près de 150 employés de l'hôpital méthodiste de Houston situé au Texas ont été licenciés ou ont démissionné après avoir refusé l'obligation de se faire vacciner contre le Covid-19.

Cette photo prise le 22 juin 2021 montre l’hôpital méthodiste de Houston situé au Texas. Plus de 150 employés de l’hôpital ont été licenciés ou ont démissionné après avoir refusé de se faire vacciner contre le Covid-19.
Cette photo prise le 22 juin 2021 montre l’hôpital méthodiste de Houston situé au Texas. Plus de 150 employés de l’hôpital ont été licenciés ou ont démissionné après avoir refusé de se faire vacciner contre le Covid-19.
Crédit : FRANCOIS PICARD / AFP
Camille Guesdon & AFP

150 employés de l'hôpital méthodiste de Houston situé au Texas, aux États-Unis, ont été licenciés ou ont démissionné après avoir refusé l'obligation de se faire vacciner contre le Covid-19. Cet hôpital avait donné aux membres de son personnel, jusqu'au 7 juin pour attester de leur vaccination, avec au moins une première dose.

Une note interne de l'établissement a indiqué que les récalcitrants seraient suspendus deux semaines sans solde, puis renvoyés. Selon Gale Smith, le porte parole de l'hôpital, 153 employés ont "soit démissionné au cours de la période de suspension de deux semaines, soit ont été licenciés aujourd'hui". Il a ajouté que "les employés qui se sont conformés (à la directive) pendant la période de suspension sont revenus au travail le jour après leur mise en conformité".

Estimant l'obligation de vaccination illégale, des employés avaient porté plainte contre l'hôpital.Les vaccins n'ont été approuvés par les autorités sanitaires américaines que dans le cadre d'une procédure d'utilisation d'urgence. La plainte avait été rejetée par une juge, selon qui, la sécurité des vaccins n'est pas en cause.

Près de 70 personnes se joignent à la procédure en justice

La magistrate avait aussi accusé l'analogie faite par Jennifer Bridges, une plaignante, avec les cobayes médicaux humains dans les camps de concentration. Elle avait comparé la menace d'être licenciée en cas de refus de se faire vacciner aux "expérimentations médicales forcées pendant l'Holocauste". Selon la juge Lynn Hughes, "assimiler l'exigence d'injection aux expérimentations médicales dans les camps de concentration est condamnable".

À lire aussi

Jennifer Bridges, qui a perdu son emploi, a confié mardi 22 juin à l'AFP que près de 70 personnes étaient en train de se joindre à la procédure en justice : "Nous voulons que l'hôpital méthodiste réponde de ses actions".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/