2 min de lecture États-Unis

États-Unis : condamné pour avoir laissé son enfant mourir déshydraté

Justin Ross Harris a nié par la voix de ses avocats l'intention de meurtre. Mais le jury en a décidé autrement.

Micro générique Switch 245x300 Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Philippe Corbé : aux États-Unis, un homme condamné pour avoir laissé son enfant mourir déshydraté Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
Journaliste RTL

C'était un mercredi de juin, il y a deux ans, en Géorgie. Il faisait beau. Justin Ross Harris s’est arrêté dans un fast-food d’Atlanta acheter un petit déjeuner. À l’arrière de son 4X4, Cooper, son fils de 22 mois, accroché à son siège. Justin devait le déposer à la crèche. Mais il est parti directement au travail. Il a garé son véhicule sur le parking, en oubliant Cooper à l’arrière. À l’heure du déjeuner, il retourne déposer quelque chose dans son coffre, mais ne remarque pas que son fils est resté dans la voiture.
Ce n’est qu’à 16h15 qu’il quitte le travail, prend son 4X4 et découvre que l'enfant ne respire plus. Il tente de le réanimer. Il hurle : "Mon Dieu, qu’ai je fait ?", "J’ai tué mon fil, je suis désolé, Cooper, je suis désolé". On estime que la température, à l’intérieur du véhicule, s’est approché des 50 degrés. Le bébé est mort de déshydratation. Le procès a été très suivi ici en Amérique. Ses avocats ont tenté d’expliquer qu’il avait été victime d’un trou de mémoire, que cela pouvait en fait arriver à tout le monde.

Mais ce n’est pas ce qui a été retenu par le jury. Le procureur a raconté une autre histoire à l’audience. Un père adultère, qui avait eu plusieurs maîtresses, avec "un cœur malveillant", qui envoyait régulièrement des SMS sexuels à d’autres femmes - même des jeunes filles -, y compris le jour où son fils est mort, et qui a tué intentionnellement le petit Cooper pour être déchargé de ses responsabilités de père.

La mère du petit Cooper a défendu son ex-mari

Le jury s’est laissé convaincre par cette histoire et a conclu que le père avait délibérément laisser mourir son fils, qu’il avait commis le meurtre le plus horrible qu’on puisse imaginer. C'est pour ça qu’il est condamné à 32 ans de prison, sans remise de peine possible. C’est le maximum prévu par la loi pour les charges qui étaient retenues contre lui.

Si cette histoire a fasciné l’Amérique, c'est parce que la mère du petit Cooper, qui a divorcé de Justin Ross Harris depuis son arrestation, qu’il trompait allègrement, est venue à la barre pour le défendre. Elle a expliqué que ce papa étaient attentionné, qu'il changeait les couches, qu’il donnait le bain, qu’il préparait les repas, qu’ils regardaient ensemble des dessins animés le matin. "Oui c’était un mauvais mari, mais ce n’était pas un mauvais père". Oui c’était un mari volage, oui le mariage ne marchait plus : mais elle ne croit pas qu’il a intentionnellement laissé leur fils mourir dans sa voiture.

À lire aussi
Naya Rivera en 2019 États-Unis
Naya Rivera : son corps retrouvé après six jours de recherches

Même s’il y a plus de vingt-cinq drames similaires aux États-Unis chaque année, même si son ex femme, la mère du petit, est venue plaider sa cause, témoigner en sa faveur, Justin Ross Harris a donc été condamné à la peine maximum. Il ne pourra pas sortir de prison avant 2046. Il a l’intention de faire appel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Amérique du Nord Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants