2 min de lecture États-Unis

États-Unis : Bernard Law, le cardinal derrière le scandale de "Spotlight"

PORTRAIT - Le cardinal américain Bernard Law, éclaboussé par une énorme scandale de prêtres pédophiles aux États-Unis, est décédé à l'âge de 86 ans.

Le cardinal américain Bernard Law, le 11 avril 2005
Le cardinal américain Bernard Law, le 11 avril 2005 Crédit : THOMAS COEX / AFP
Micro RTL générique
Quentin Vinet

Il laisse derrière lui l'un des plus gros scandales de pédophilie dans l'Église. Le cardinal américain Bernard Law est mort à 86 ans des suites d'une longue maladie, mercredi 20 décembre.

Des cheveux blancs soigneusement peignés, avec ou sans ses lunettes dorées et rectangulaires. C'est ainsi qu'il apparaît sur les derniers clichés. Né au Mexique dans les années 30 d'un père militaire et d'une mère musicienne, il décroche un diplôme d'histoire médiévale dans la prestigieuse université de Harvard.

Ça, c'était avant de se diriger vers la religion : Bernard Law devient prêtre en 1961 dans le Mississippi. Premier diocèse dans le Missouri, archevêque puis cardinal à Boston dans les années 80.

Boston est "le" bastion historique des catholiques aux États-Unis : deux millions de fidèles, une institution et une puissance financière. C'est dire l'importance du cardinal. Alors, quand il parle, on l'écoute. Bernard Law n'est pas quelqu'un d'autoritaire, mais qui incarne l'autorité. "Ferme, rond, respecté et influent", résume un spécialiste des religions.

À lire aussi
Un soldat de l'armée américaine lors d'une opération en Afghanistan en juillet 2018 États-Unis
Guerre en Afghanistan : pourquoi Bush, Obama et Trump ont caché la vérité

S'il n'a pas le profil pour être pape, il reste proche de Jean-Paul II et du milieu politique. Son pouvoir dépasse le cadre spirituel : anti-avortement, il réunit des centaines de personnes devant la Maison Blanche. Opposant à l'embargo contre Cuba, il s'entretient plusieurs fois avec Fidel Castro. 

Sa carrière fut stoppée net en 2002. Son destin bascule quand des journalistes du Boston Globe se lancent dans une gigantesque enquête et mettent au jour un énorme scandale de pédophilie dans l'Église : 90 prêtres sont impliqués, des centaines de victimes recensées. Bernard Law est accusé d'avoir directement couvert ces agissements.

Pour son silence et sous la pression du clergé, le cardinal reconnait sa responsabilité lors d'une messe et demande pardon pour ses "manquements". Une histoire d'une ampleur sans précédent, racontée en 2015 dans le film Spotlight

Il est alors exfiltré à Rome. Bernard Law conserve de nombreuses responsabilités grâce à ses amitiés. Il fait même parti du "conseil pontifical pour la famille" et participe en 2005 au conclave qui élit Benoit XVI sur le trône de pierre.

Le nouveau pape s'attaque enfin à l'omerta dans l'Église. Le successeur de Bernard Law à Boston est justement à la tête d'une commission pour prévenir les cas de pédophilie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Église Pédophilie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants