2 min de lecture Sexisme

États-Unis : Alexandria Ocasio-Cortez recadre un élu républicain qui l’avait insultée

L'élue démocrate a taclé le républicain Ted Yoho, qui l'aurait insultée de "fucking bitch". "Traiter les gens avec dignité et respect est ce qui rend un homme convenable", a-t-elle déclaré.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
États-Unis : Alexandria Ocasio-Cortez recadre un élu républicain qui l'avait insultée Crédit Image : MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Coline Daclin et AFP

Alexandria Ocasio-Cortez ne se laisse pas faire. L'élue démocrate à la Chambre des représentants a vivement recadré un élu républicain ce jeudi. Dans un discours au Congrès, l'élue de New-York l'a accusé d'avoir proféré une insulte sexiste.

Tout a commencé le 21 juillet dernier, quand le journal américain The Hill rapporte une scène surréaliste. Une confrontation éclate sur les marches du Capitole, le siège du Congrès américain, entre Alexandria Ocasio-Cortez et Ted Yoho. Le sujet : la question de la criminalité aux États-Unis. Selon un journaliste sur place, qui aurait entendu l'échange, Ted Yoho aurait traitée l'élue démocrate d'"écœurante" pour avoir suggéré que la pauvreté et le chômage menaient à une augmentation de la criminalité à New York.
Alexandria Ocasio-Cortez lui répond qu'il est impoli, et les deux élus se séparent. Yoho descend ensuite les marches et lâche, toujours selon le reporter cité par le Hill, un "fucking bitch". Autrement dit : "putain de salope".

"I'm a bitch, I'm a boss"

Rapidement, la députée se défend sur les réseaux sociaux, en se filmant sur le morceau de la rappeuse Doja Cat Bitch Boss, qui dit notamment "I'm a bitch, I'm a boss". Littéralement : "Je suis une salope, je suis une patronne".

Mercredi, Ted Yoho présente ses excuses pour le ton "abrupt" adopté lors de son échange avec sa consœur démocrate, mais nie l'avoir traitée de "putain de salope". Selon sa porte-parole, il aurait seulement dit "bullshit", c'est-à-dire "connerie". "Étant marié depuis 45 ans et père de deux filles, je suis très conscient de mes mots", a assuré le représentant républicain devant l’hémicycle. 

À lire aussi
DUn restaurant (illustration) égalité hommes-femmes
Sexisme et violences sexuelles : la restauration pas épargnée

Mais Alexandria Ocasio-Cortez ne se contente pas de ces excuses bancales, et renchérit jeudi : "Avoir une fille ne rend pas un homme convenable. Avoir une femme ne rend pas un homme convenable. Traiter les gens avec dignité et respect est ce qui rend un homme convenable". La benjamine du Congrès, âgée de 30 ans, a ensuite souligné qu'elle aussi "était la fille de quelqu'un". "Heureusement mon père n'est plus là pour voir comment M. Yoho traite sa fille", a-t-elle ajouté. 

Alexandria Ocasio-Cortez en a profité pour dénoncer une forme de sexisme "culturel". "C'est une culture d'absence d'impunité, d'acceptation de la violence et du langage violent à l'égard des femmes", a-t-elle déclaré. "Ce que M.Yoho a fait, c'est donner la permission à d'autres hommes de faire cela à ses filles."

"Je ne laisserai pas le Congrès accepter ces excuses comme légitimes", a insisté l'élue démocrate. Pour sa part, le chef de la majorité démocrate à la Chambre, Steny Hoyer, a estimé que Ted Yoho devrait être sanctionné par ses pairs. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexisme États-Unis Amérique du Nord
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants