1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Espagne : l'opposition veut la tête de l'Infante Cristina
2 min de lecture

Espagne : l'opposition veut la tête de l'Infante Cristina

L'opposition estime que l'Infante Cristina, dans le viseur de la justice pour fraude fiscale, doit renoncer à ses droits dynastiques.

L'infante d'Espagne Cristina à Barcelone le 22 avril 201. (Archives)
L'infante d'Espagne Cristina à Barcelone le 22 avril 201. (Archives)
Crédit : AFP / JOSEP LAGO
La rédaction numérique de RTL & AFP

Plusieurs responsables de l'opposition de gauche en Espagne ont appelé mardi 23 décembre l'infante Cristina, soeur du roi Felipe VI, à renoncer à ses droits dynastiques parce qu'elle est renvoyée lundi devant un tribunal pour fraude fiscale.

"L'avenir de l'infante ne peut être une décision de l'infante. Le roi doit décider s'il lui permet de garder encore ses prérogatives", a déclaré le porte-parole du parti Izquierda Unida (ecolo-communiste) Gaspar Llamazares. Le numéro trois du Parti socialiste Antonio Pradas a lui considéré que le roi devait convaincre sa soeur de renoncer, afin de "renforcer la crédibilité de l'institution". Le roi doit s'exprimer mercredi dans son traditionnel message de Noël.

Le Parti populaire (droite) au pouvoir a considéré qu'à ce stade il fallait respecter la présomption d'innocence. La Maison Royale a déclaré que la décision de renoncer à ces droits appartenait uniquement à l'infante, 49 ans, sixième dans l'ordre de succession.

Sixième dans l'ordre de succession

Son avocat Miquel Roca a annoncé lundi à la presse qu'il tenterait début janvier un ultime recours contre la décision, en principe impossible au stade du renvoi. Elle se sent "évidemment mal", a-t-il dit. L'infante doit être jugée en principe en 2015 dans le cadre d'un vaste scandale de corruption impliquant notamment son mari Iñaki Urdangarin, accusé d'avoir détourné des fonds publics en usant notamment des relations que lui valait sa position de membre de la famille royale. Elle est accusée d'avoir indûment profité d'une partie des fonds.

À lire aussi

Le scandale, qui a eclaté avec la mise en examen en 2011 de son mari, a porté un coup dur à l'image déjà écornée du roi Juan Carlos, âgé de 76 ans, qui a cédé le trône à son fils Felipe VI le 19 juin. Dix-sept personnes comparaîtront devant le tribunal de Palma aux Baléares.

L'infante, de trois ans l'aînée du roi Felipe VI, arrive sixième dans l'ordre de succession, ce qui en théorie l'amènerait à régner dans le cas où les héritiers du trône la précédant -les filles du roi, l'infante Helena et ses deux enfants- venaient à mourir. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/