1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. ÉDITO - Intelligence artificielle : la Chine vers "une avancée spectaculaire", pointe François Lenglet
2 min de lecture

ÉDITO - Intelligence artificielle : la Chine vers "une avancée spectaculaire", pointe François Lenglet

Preuve de cette avancée spectaculaire, Tang Yu, un système d'intelligence d'artificielle, va diriger l'entreprise chinoise Netdragon.

Drapeau de la Chine (illustration)
Drapeau de la Chine (illustration)
Crédit : ANTHONY WALLACE / AFP
ÉDITO - Intelligence artificielle : la Chine vers "une avancée spectaculaire", pointe Lenglet
00:03:32
LENGLET-CO - Intelligence artificielle : la Chine vers "une avancée spectaculaire", pointe François Lenglet
00:03:32
François Lenglet - édité par Baptiste Marin

Mon patron est un robot. Un système d’intelligence artificielle féminin, Tang Yu, va être à la tête de Netdragon, une entreprise de jeux vidéos employant 4.700 personnes dans la province de Fujian, dans le sud-est de la Chine. Le fondateur de la société a propulsé un ordinateur à la direction d'une de ses filiales.

Cette histoire ressemble à une blague. Mais pas du tout. Netdragon est une entreprise cotée valant près d'un milliard d'euros. Il s'agit, selon le patron humain, de rationaliser la prise de décision et d'intégrer le maximum de données pour piloter l'entreprise.

L'ordinateur n'aura pas un salaire ni de stock-options alors qu'il travaillera 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Tang Yu sera en relation constante avec les communautés de joueurs dans le métavers, univers virtuel qui constitue le terrain des fabricants du secteur du jeu vidéo. 

Les ordinateurs, nouveaux décisionnaires ?

Décisionnaires, non. Apporteurs de conseils, bien sûr. Une société financière d'Hong-Kong avait fait rentrer un système d'intelligence artificielle à son conseil d'administration. Plus prosaïquement, dans les entrepôts des grandes sociétés logistiques, les employés humains obéissent déjà à des systèmes experts pour préparer les commandes et ranger les colis. Leur contremaître est un robot. En Chine, Baidu, l'un des GAFA du pays, vient d'ouvrir un service de taxis sans chauffeur dans les villes de Wuhan et de Chongqing. 

À lire aussi

En matière d'utilisation des robots et de l'intelligence artificielle, la Chine est à la pointe. Pour les robots, ceux trouvables dans les usines, le pays en a installé près de 250.000 en 2021, soit la moitié des équipements mis en service sur la planète cette année-là, en hausse de 44% par rapport à l'année précédente. 

Et pour les systèmes d'intelligence artificielle, la Chine est dans une avancée spectaculaire. Au point qu'un rapport qu'un rapport américain publié cette semaine, piloté par Eric Schmidt, ancien patron de Google, considère qu'il s'agit de l'un des domaines sur lesquels la suprématie des États-Unis est menacée à l'horizon 2030. Il y voit le risque d’une domination de la planète par la Chine, à la fois dans le contrôle des données et dans la puissance informatique pour les exploiter. 

Une domination chinoise inéluctable ?

Les Américains sont en train de tout faire pour la contrer. Il s’agit tout d’abord de réduire la dépendance vis-à-vis de la Chine. Selon le rapport Schmidt, la quasi-totalité des composants électroniques, utilisés par le Pentagone, viennent des sociétés chinoises, à un moment ou un autre de leur fabrication. Les États-Unis investissent donc massivement dans la production, des dizaines de milliards. Et ils bloquent l’exportation des produits technologiquement sensibles en Chine. La bataille de l’intelligence artificielle a commencé. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire