3 min de lecture États-Unis

Donald Trump : en meeting, ses supporters demandent à "renvoyer" une élue d'origine somalienne

En pleine polémique après ses propos qualifiés de racistes envers des élues issues des minorités, le président américain s'est produit mercredi 17 juillet devant une foule électrique.

Donald Trump, le 18 juin 2019 lors de son meeting de lancement de campagne à Orlando
Donald Trump, le 18 juin 2019 lors de son meeting de lancement de campagne à Orlando Crédit : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
La Rédaction RTL et AFP

Alors qu'il fait face depuis quelques jours à une polémique pour des propos injurieux tenus envers des élues démocrates, Donald Trump a repris des forces hier soir, mercredi 17 juillet, lors d'un meeting à Greenville (Caroline du Sud). Le président américain a, par la même occasion, donné le ton de sa campagne pour les élections de 2020. Si l'on en croit les propos tenus par le milliardaire septuagénaire, celle-ci sera ultra agressive.

Lorsque Trump a évoqué Ilhan Omar, fille de réfugiés somaliens élue au Congrès en 2018, la foule s'est mise à conspuer la démocrate, sous le regard approbateur du chef de l'État. "Renvoyez-là !" semble bien parti pour remplacer "enfermez-là!", le slogan anti-Hillary Clinton de 2016. "Leurs commentaires contribuent à alimenter la montée d'un militantisme de gauche dur et dangereux", a lâché l'homme politique à propos de l'opposition. "J'ai une suggestion pour les extrémistes remplis de haine qui essaient constamment de détruire notre pays (...): 'Si vous ne l'aimez pas, partez'".


Pour conquérir une nouvelle fois la Maison Blanche, son actuel locataire semble décidé à laisser de côté toutes formes de présidentialisation. Plutôt qu'appeler à l'unité, Donald Trump semble enclin à souffler sur les braises pour consolider sa base électorale."Il a besoin que son électorat de 2016 se mobilise, de toutes les voix sans exception. Il pense que c'est la bonne stratégie pour les électriser", affirme Wendy Schiller, professeure de sciences politiques à Brown University. 


Symbole de cette volonté d'exacerber les tentions sociales, le président américain a terminé son meeting ainsi : "Voter pour un démocrate en 2020, quel qu'il soit, c'est voter pour la montée en puissance du socialisme radical, la destruction du rêve américain, et, pour le dire clairement, la destruction de notre pays".

Les cadres du parti républicain restent muets

À lire aussi
Friends Friends
La série "Friends" fête ses 25 ans ce week-end

Autant de propos qui ne sont pas passé inaperçu au sein du camp démocrate. "C'est ignoble. C'est lâche. C'est xénophobe. C'est raciste. Cela souille la fonction présidentielle", a réagi la sénatrice démocrate Kamala Harris, candidate à la succession de Donald Trump. Joe Biden, lui aussi en lice pour 2020, a déclaré quant à lui :"Monsieur le président, ceci est NOTRE pays : les États-Unis d'Amérique. Vous ne comprendrez jamais ce qui fait notre force. Et c'est la raison pour laquelle les Américains ne vous rééliront pas l'année prochaine."

Seulement, les Républicains restent muets. Hormis quelques frondeurs n'hésitant pas à dénoncer ouvertement l’attitude de Donald Trump, les cadres du parti semblent faire bloc derrière le chef du gouvernement. Une stratégie à double tranchant qui peut s'avérer payante, comme en 2016. Réponse dans 473 jours.

Trump dénonce le traitement médiatique de ses supporters

Suite au tollé provoqué par les cris de ses supporters, Donald Trump a dénoncé, vendredi 19 juillet, "une coalition malsaine" entre les médias et les démocrates. "C'est incroyable de voir comment les médias sont devenus fous à propos des chants 'renvoyez-la' dans une salle pleine... mais restent totalement calmes et acceptent les déclarations les plus ignobles et écœurantes faites par les trois élues de gauche radicale", a-t-il tweeté.  

Le président a cependant tenté de se détacher des slogans racistes proférés par ses sympathisants lors du meeting de Greenville.  "Cela ne m'a pas plu. Je ne suis pas d'accord avec cela", a-t-il assuré, clamant, contre toute évidence, avoir essayé de les interrompre en reprenant rapidement la parole. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Politique Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7798061383
Donald Trump : en meeting, ses supporters demandent à "renvoyer" une élue d'origine somalienne
Donald Trump : en meeting, ses supporters demandent à "renvoyer" une élue d'origine somalienne
En pleine polémique après ses propos qualifiés de racistes envers des élues issues des minorités, le président américain s'est produit mercredi 17 juillet devant une foule électrique.
https://www.rtl.fr/actu/international/donald-trump-en-meeting-ses-supporters-demandent-a-renvoyer-une-elue-d-origine-somalienne-7798061383
2019-07-18 20:24:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/bjaohh_1Loq3r587v6rYrA/330v220-2/online/image/2019/0619/7797879154_donald-trump-le-18-juin-2019-lors-de-son-meeting-de-lancement-de-campagne-a-orlando.jpg