1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Crise en Grèce : Bruno Le Maire ne veut pas "prendre le risque d'une instabilité politique en Europe"
2 min de lecture

Crise en Grèce : Bruno Le Maire ne veut pas "prendre le risque d'une instabilité politique en Europe"

INVITÉ RTL - S'il trouve l'accord relativement "fragile", le député Les Républicains a annoncé qu'il voterait le texte signé entre la Grèce et les pays de la zone euro.

Bruno Le Maire, invité de RTL, le 15 juillet 2015
Bruno Le Maire, invité de RTL, le 15 juillet 2015
Crédit : Paul Guyonnet / RTL.fr
Bruno Le Maire : "J'ai tout vu sauf un président de la République audacieux"
07:20
Crise en Grèce : Bruno Le Maire ne veut pas "prendre le risque d'une instabilité économique en Europe"
07:19
Claire Gaveau
Claire Gaveau

L'exécutif a préféré attendre que l'accord entre Bruxelles et le gouvernement d'Alexis Tsipras soit conclu pour organiser une consultation des parlementaires sur le texte signé lundi 13 juillet entre la Grèce et les pays de la zone euro. Une consultation à laquelle répondra positivement Bruno Le Maire : "Oui, je le voterai. Il permet de maintenir la zone euro. Et une sortie de la Grèce présente des risques économiques et politiques absolument considérables".

Mais le député Les Républicains de l'Eure en attend encore beaucoup alors qu'il juge l'accord comme "pas assez précis" et "fragile". "Mais qu'est ce que nous voulons demain ? Est-ce que nous voulons garder une zone euro, et donc garder une stabilité politique, ou est-ce que nous voulons prendre le risque d'une instabilité politique en Europe ?"

Construire une Europe forte

Le risque sera écarté le jour où l'on sera capable de construire une autre Europe

Bruno Le Maire

"Le risque sera écarté le jour où l'on sera capable de construire une autre Europe", martèle Bruno Le Maire, critiquant la position de l'Union européenne alors que la Grèce ne pèse que 2% du PIB de la zone euro. "On a besoin d'une Europe qui retrouve sa puissance, une Europe capable de prendre des positions, une Europe capable de protéger nos entreprises, nos emplois et nos frontières", détaille-t-il.

Surtout que le temps presse, selon l'ancien ministre de l'Agriculture sous Nicolas Sarkozy. "Si nous ne sommes pas capables de passer rapidement à cette autre Europe qu'attendent les citoyens, nous serons à nouveau dans un risque d'instabilité permanente qui n'est pas satisfaisant", a-t-il déclaré. 

Tsipras "ne remplit pas les conditions"

Monsieur Tsipras a été obligé d'avaler une couleur dont il est entièrement responsable

Bruno Le Maire
À lire aussi

Bruno Le Maire se montre aussi très critique vis-à-vis d'Alexis Tsipras. Le premier ministre grec a expliqué à la télévision grecque qu'il ne "croyait pas" au troisième plan d'aide financière mais qu'il l'avait signé "pour éviter le désastre au pays". "Il a été obligé d'avaler une couleuvre dont il est entièrement responsable",estime le député.

Et si François Hollande a qualifié "d'homme d'État" Alexis Tsipras, le député de l'Eure considère qu'il ne remplit "aucune condition". "Un homme d'État, c'est celui qui dit à son peuple ce qu'il va faire et qu'il fait rigoureusement ce qu'il a dit et ce qu'il a promis", conclut-il, refusant de croire à une possible sortie de la Grèce de la zone euro. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/