1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : premier décès au Bhoutan, le gouvernement attend les vaccins
1 min de lecture

Coronavirus : premier décès au Bhoutan, le gouvernement attend les vaccins

Le Bhoutan a déploré un premier décès du coronavirus. Un cas inquiétant pour le pays qui ne compte que 750.000 habitants.

Un service de réanimation dans un hôpital, pendant l'épidémie de coronavirus (illustration)
Un service de réanimation dans un hôpital, pendant l'épidémie de coronavirus (illustration)
Crédit : Remko DE WAAL / ANP / AFP
Venantia Petillault & AFP

Le royaume himalayen du Bhoutan a déploré vendredi 8 janvier le premier décès du Covid-19, après dix mois d'isolement pour se préserver de la pandémie mondiale. La victime de 34 ans, qui souffrait d'une maladie chronique du foie, est décédée dans un hôpital de la capitale Thimpu où il avait été admis le 23 décembre dernier. Le ministère de la Santé a fait part de son "immense tristesse" en annonçant cette mort. 

Le minuscule pays de 750.000 habitants coincé entre l'Inde et la Chine a quasiment interdit tous les vols réguliers depuis mars et le gouvernement a déclaré qu'il n'y avait plus de touristes étrangers dans le royaume depuis plusieurs mois. Les autorités ont imposé un confinement strict en décembre après qu'une femme de retour de l'étranger avait présenté des symptômes de la Covid-19. Elle et ses relations avaient entre temps sillonné la petite contrée.

Depuis, le nombre des contaminations est passé d'environ 400 à 770. À raison de 15 à 17 nouveaux cas par jour, n'importe quel autre pays pourrait se sentir rassuré mais le Bhoutan est sous le choc. "L'épidémie actuelle est beaucoup plus importante que la précédente", a déclaré le ministère de la Santé. Les habitants doivent obtenir une autorisation pour sortir de leur quartier, et pour se rendre à l'étranger. À Thimpu et dans le district voisin de Paro, des permis de "circulation spéciale" sont nécessaires pour se rendre simplement dans les magasins de première nécessité.

Pour Karma Tenzin, qui dirige un restaurant indien populaire dans la capitale, cette fermeture est un coup dur. "Je continue à payer le loyer et les salaires, nous avons du mal à joindre les deux bouts", se lamente-t-il. Le gouvernement a dit être en pourparlers avec l'Inde et d'autres pays pour s'assurer des livraisons de vaccins contre le Covid-19 dès qu'ils seront disponibles.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/