1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : pourquoi les habitants de la vallée de la Roya sont refoulés par l'Italie ?
2 min de lecture

Coronavirus : pourquoi les habitants de la vallée de la Roya sont refoulés par l'Italie ?

Dénonçant des "comportements non responsables", les autorités italiennes refusent désormais l'accès aux habitants français de la vallée de la Roya, dans les Alpes-Maritimes.

Une femme dialogue avec un militaire italien à Menton, en mars 2020
Une femme dialogue avec un militaire italien à Menton, en mars 2020
Crédit : Valery HACHE / AFP
Eléanor Douet & AFP

Les forces de l'ordre italiennes refoulent systématiquement les habitants français de la vallée de la Roya lors de leur arrivée en Italie, et ce depuis samedi, a indiqué dimanche 19 avril à l'AFP Sébastien Olharan, maire de la commune de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes).

Pour les habitants de cette vallée enclavée proche du Mercantour, ce transit par l'Italie leur permet de rejoindre plus rapidement le littoral et l'autoroute A8, via Vintimille, pour ensuite gagner Nice ou Monaco. En l'absence de cette possibilité, ils doivent emprunter des routes de montagne qui rallongent leur trajet d'une demi-heure, à l'aller comme au retour.

"Au poste-frontière de Fanghetto, les carabiniers ordonnent aux Français, attestations dérogatoires française et italienne ou pas, de rebrousser chemin", a expliqué à l'AFP cet élu qui n'a pas encore pu être investi malgré son élection dès le 1er tour le 15 mars dernier, confirmant une information de France 3 Provence Alpes Côte d'Azur.

"D'après les éléments dont je dispose, les autorités locales italiennes de la préfecture d'Imperia, contactées par les autorités françaises, se retranchent derrière un arrêté gouvernemental invitant les forces de l'ordre à ne pas laisser passer à cette frontière les personnes en provenance d'un pays tiers", note l'élu.

Des "comportements non responsables"

À lire aussi

Selon lui, les Italiens auraient pris ombrage de "certains comportements non responsables" de Français profitant de cette route pour s'arrêter en chemin acheter des cigarettes, moitié moins chères qu'en France. Les Italiens reprocheraient aussi à nos compatriotes de ne pas respecter l'obligation de porter un masque, en vigueur en Italie.

"Mais il y a des gens de la vallée qui doivent, par exemple, aller faire une chimiothérapie dans un hôpital du littoral et cela les pénalise fortement", note Sébastien Olharan, qui plaide pour un assouplissement des consignes données aux carabiniers.

Ceux qui ont des raisons médicales ou professionnelles, il faut qu'ils puissent réussir à passer

Sébastien Olharan, maire de la commune de Breil-sur-Roya

"Qu'ils imposent le port du masque, oui, qu'ils soient fermes avec ceux qui empruntent cette route sans raison indispensable, oui, mais pour les autres, ceux qui ont des raisons médicales ou professionnelles, il faut qu'ils puissent réussir à passer", estime-t-il, en remarquant une inégalité de traitement puisque les mêmes dispositions ne semblent pas s'appliquer pour les Français entrant en Italie au poste-frontière de Menton, sur la côte.

Plusieurs élus locaux ont alerté la préfecture des Alpes-Maritimes face à cette situation. "Il y a eu aussi, par l'intermédiaire de la députée Alexandra Valetta Ardisson (élue LaREM), une intervention auprès du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian pour que la situation soit débloquée au niveau gouvernemental", ajoute Sébastien Olharan.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/