1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus aux Pays-Bas : le couvre-feu prolongé jusqu'au 2 mars
1 min de lecture

Coronavirus aux Pays-Bas : le couvre-feu prolongé jusqu'au 2 mars

Le gouvernement néerlandais a justifié cette prolongation de trois semaines du couvre-feu car "de nouvelles variantes plus contagieuses du coronavirus gagnent du terrain" dans le pays.

Des Néerlandais à Amsterdam, pendant la crise du coronavirus (illustration)
Des Néerlandais à Amsterdam, pendant la crise du coronavirus (illustration)
Crédit : Ramon van Flymen / ANP Ramon van Flymen / ANP / AFP
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
Journaliste

Le gouvernement néerlandais a annoncé, ce lundi 8 février, le prolongement du couvre-feu aux Pays-Bas jusqu'au mardi 2 mars le couvre-feu. Cette mesure anti-covid avait été à l'origine des pires émeutes qu'a connu le pays au cours des quarante dernières années. 

En vigueur de 21h à 4h30 depuis le samedi 23 janvier, le premier couvre-feu aux Pays-Bas depuis la Seconde guerre mondiale devait initialement prendre fin ce mercredi 10 février. Sa prolongation de trois semaines "est nécessaire car de nouvelles variantes plus contagieuses du coronavirus gagnent du terrain aux Pays-Bas", a déclaré le gouvernement dans un communiqué à l'issue d'une réunion interministérielle.

Selon lui, plus de 95% des Néerlandais respectent le couvre-feu, ainsi que d'autres mesures de lutte contre la Covid-19 comme une limitation du nombre de visiteurs à une personne par ménage et par jour ainsi que l'interdiction des vols en provenance de certains pays.

La semaine dernière, La Haye avait prolongé d'autres restrictions jusqu'au mardi 2 mars, notamment la fermeture de bars, de restaurants et de magasins non essentiels, même si elle a autorisé la plupart des écoles primaires à rouvrir ce lundi 8 février.

Plus de 400 personnes arrêtées après les émeutes

À lire aussi

L'instauration du couvre-feu le 23 janvier avait entraîné de nombreuses émeutes dans le pays, la police utilisant des canons à eau et du gaz lacrymogène afin de disperser les manifestants, notamment à Amsterdam, Rotterdam, La Haye, et Eindhoven. Les forces de l'ordre ont arrêté plus de 400 personnes.

Le Premier ministre Mark Rutte a qualifié les émeutiers de "criminels", tandis que l'un de ses ministres lui a préféré l'expression de "racailles". Plusieurs personnes reconnues coupables de violences lors de ces émeutes ont été condamnées à de courtes peines de prison ou à des travaux d'intérêt général.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/