2 min de lecture Diplomatie

Corée du Nord : l'ONU déchirée sur la question des sanctions économiques

Les États-Unis ont proposé mercredi 6 septembre un projet de résolution sanctionnant Pyongyang, auquel la Russie et la Chine s'opposent.

Kim Jong-un, le leader de la Corée du Nord
Kim Jong-un, le leader de la Corée du Nord Crédit : KNS / KCNA / AFP
Océane Blanchard
Océane Blanchard
et AFP

Les États-Unis comptent bien s'imposer dans la lutte avec la Corée du Nord. Pour sanctionner Pyongyang, ils ont présenté mercredi 6 septembre au Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution, qui envisage entre autre un embargo sur le pétrole et un blocage des exportations de textile.

Dans ce projet, les États-Unis veulent aussi un gel des avoirs contrôlés directement ou indirectement par Kim Jong-Un, et l'arrêt du financement des expatriés nord-coréens dans le monde. Washington, soutenu par Londres et Paris, a annoncé vouloir l'adoption dès ce lundi de cette résolution.

Pourtant, le vote risque d’être difficile : la Russie juge de nouvelles sanctions inutiles et la Chine, premier soutien de la Corée du Nord, réclame que la solution de la crise nord-coréenne passe par un dialogue. Tous deux ont un droit de véto au Conseil de sécurité.

Cibler les ressources de Pyonyang

Par sa série de sanctions successives, l'ONU cherche à faire pression sur les programmes militaires nucléaires et conventionnels de la Corée du Nord. Jusqu'à présent, Pyongyang est resté sourd aux injonctions des Nations Unies. 

Une partie de la communauté internationale cherche donc à attaquer sur l'angle économique pour freiner Kim Jong-Un, après un sixième essai nucléaire d'une ampleur inégalée le 3 septembre. 

À lire aussi
Emmanuel Macron, en Chine le 6 novembre 2019 armée
Emmanuel Macron juge que l'OTAN est en état de "mort cérébrale"

Le projet présenté prévoit un embargo sur le pétrole, mais aussi sur le gaz liquide et les produits raffinés. Concernant les 50.000 expatriés nord-coréens, ils sont également ciblés car ils apporteraient selon l'ONU une source importante de revenus au gouvernement nord-coréen.

Des sanctions inutiles ?

Cependant, la seule menace économique pour Pyongyang ne peut venir que de la Chine, qui est le partenaire commercial le plus important du régime nord-coréen. Mais le pays ne semble pas vouloir prendre des mesures de sanction, qui affaibliraient aussi son économie. 

La Chine craindrait aussi la réunification des deux Corées en cas de chute de Kim Jong-Un, et donc l'émergence d'une puissance économique concurrente à proximité directe.

Donald Trump a pourtant assuré qu'une action conjointe avec la Chine était possible. "Je crois que le président Xi est d'accord avec moi à 100%. Il ne veut pas de ce qui est en train de se passer là-bas non plus. Nous avons eu un échange téléphonique très, très franc et très fort" a-t-il déclaré.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Diplomatie Corée du Nord ONU
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants