2 min de lecture Corée du Nord

Corée du Nord : Kim Jong-Un a-t-il commandité le meurtre de son demi-frère ?

Kim-Jong Nam, le fils aîné du dirigeant défunt Kim-Jong-il a été empoisonné par deux femmes à l'aéroport de Kuala Lumpur.

Kim Jong-un, le leader de la Corée du Nord
Kim Jong-un, le leader de la Corée du Nord Crédit : KNS / KCNA / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

Il était surnommé "le bâtard de Pyongyang". Kim Jong-Nam, le demi-frère de l'actuel dirigeant de Corée du Nord est décédé lors de son transfert à l'hôpital de Putrajaya en Malaisie. Deux jeunes femmes l'auraientempoisonné à l'aide d'une aiguille ou d'un spray, dans l'aéroport de Kuala Lumpur. L'une d'entre elles a été interpellée par les autorités malaisiennes, "formellement identifiée à partir des caméras de surveillance de l'aéroport", ont expliqué les policiers. L'autre femme aurait réussi à s'enfuir en taxi. Mais la question que tout le monde se pose concerne le commanditaire de l'assassinat. S'agit-il de Kim Jong-un, son demi-frère et rival

Ce ne serait pas la première fois que le dictateur est à l'origine de la mort d'un membre de sa famille. En 2013, son oncle Jang Song-thaek avait été exécuté, pour crimes contre son Parti. Celui qui avait été numéro deux du régime nord-coréen avait été condamné pour avoir mené une "faction antirévolutionnaire"

Considéré comme l'héritier potentiel, avant de tomber en disgrâce

Kim Jong-Un aurait-il voulu éliminer son demi-frère exilé à Macao ? Il faut dire que Kim Jong-nam était à l'origine considéré comme l'héritier potentiel de leur père Kim Jong-il, décédé en 2011, avant de tomber en disgrâce en 2001. Il avait en effet été arrêté en bonne compagnie à Tokyo, en possession d'un faux passeport dominicain alors qu'il se rendait à Disneyland. Un faux pas qui avait anéanti ses chances de succession et forcé son exil. 

Selon le Korea Times, un quotidien du pays, Kim Jong-nam "représentait une menace" pour son demi-frère, parce que le pouvoir n'avait pas été confié à l'aîné, "comme le veut la coutume". Si Kim Jong-un voulait l'éliminer, ce n'est pas en raison de ses ambitions personnelles mais plutôt pour éviter qu'il ne serve de "centre de ralliement" pour les potentiels traîtres du régime

Déjà victime d'une tentative de meurtre en 2012

À lire aussi
Kim Jong Un et Donald Trump le 28 février 2019 diplomatie
Un nouveau livre dévoile comment Donald Trump et Kim Jong-un sont "tombés amoureux"

Traqué, Kim Jong-nam avait tenté de se sauver en publiant un best-seller au Japon en janvier 2012 où il mettait en doute la capacité de son demi-frère Kim Jong-un à diriger le pays. "En m'autorisant à publier, il a voulu envoyer un avertissement au régime: si vous vous en prenez à moi, je vais tout déballer", confiait à l'époque au Figaro Yoji Gomi, le journaliste qui avait recueilli les confessions de ce fils illégitime, que Kim Jong-il avait eu avec une actrice. 

Mais cela n'avait pas suffi. Selon le renseignement sud-coréen, Kim Jong-nam avait déjà été victime d'une tentative d'assassinat en 2012. Il aurait ensuite envoyé une lettre à son demi-frère lui suppliant de l'épargner, lui et sa famille. Un appel qui n'aura pas été entendu, si la thèse de l'assassinat commandité par Kim Jong-Un venait à se confirmer.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corée du Nord Kim Jong-Un Empoisonnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants