2 min de lecture Japon

Carlos Ghosn : qui sont les deux "barbouzes" derrière sa fuite ?

L'ancien patron de Renault aurait fui l'archipel nippon en prenant un jet privé en compagnie de deux mercenaires spécialisés dans les exfiltrations.

Carlos Ghosn, le 6 mars 2019.
Carlos Ghosn, le 6 mars 2019. Crédit : Kazuhiro NOGI / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

La fuite de Carlos Ghosn du Japon comprend tous les ingrédients du roman d'espionnage : de l'évasion retentissante aux énigmatiques "barbouzes". Le Franco-Libano-Brésilien de 65 ans est soupçonné de s'être enfui de l'archipel nippon en prenant un jet privé à l'aéroport du Kansai, près d'Osaka (ouest), le soir du 29 décembre. Non sans avoir échappé au contrôle, caché dans un caisson de matériel de concert.

Qui plus est, Carlos Ghosn aurait pris ce vol pour la Turquie en compagnie de deux complices présumés. Selon la télévision japonaise NHK, les deux comparses seraient arrivés à l'aéroport du Kansai le matin du 29 décembre dans un avion en provenance de Dubaï, avec deux grands caissons similaires à celui dans lequel Carlos Ghosn se serait caché par la suite.

Toujours selon la NHK, les deux hommes auraient ensuite pris un train à grande vitesse (Shinkansen) pour Tokyo où ils ont retrouvé Carlos Ghosn dans un hôtel, avant de faire le chemin inverse vers Osaka, cette fois en sa compagnie et toujours en Shinkansen. 

Ils ont ensuite rejoint un hôtel près de l'aéroport du Kansai, où ils avaient laissé les deux caissons. Quand ils ont quitté cet hôtel, Carlos Ghosn n'était plus visible à leurs côtés. 
Caché dans un des deux caissons sur roulettes, percé de trous discrets pour lui permettre de respirer, l'ancien magnat automobile aurait ainsi échappé aux inspections à l'aéroport. 

Deux mercenaires

À lire aussi
Shinzo Abe se recueille devant le Mémorial Cenotaph après un discours en hommage aux victimes. Japon
DIAPORAMA - Japon : il y a 75 ans, Hiroshima était dévastée par une bombe atomique

Des compagnons de route bien mystérieux, dont les autorités japonaises cherchaient encore lundi à se faire confirmer l'identité, mais que le Wall Street Journal a depuis révélée. Il s'agirait de deux ressortissants américains spécialisés dans les opérations d'exfiltrations : Michael Taylor et George-Antoine Zayek. 

Les deux hommes, qui connaissant bien le Liban, sont deux anciens des forces spéciales, respectivement américaines et libanaises. Michael Taylor, qui a crée une société spécialisée dans la formation militaire ou encore les exfiltrations d'otages, a compté parmi ses clients l'armée américaine, rappelle Le MondeSpécialiste du renseignement et des zones de conflits, George-Antoine Zayek offre lui ses services aux grandes entreprises. 

Ce serait donc en compagnie de ces deux agents de sécurité privés, ou "barbouzes", que l'ancien PDG de Renault-Nissan aurait quitté le Japon en toute illégalité. Les trois hommes auraient ensuite changé de jet à Istanbul au matin du 30 décembre, en direction cette fois du Liban, d'où Carlos Ghosn doit tenir une conférence de presse mercredi 8 janvier. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Japon Liban Carlos Ghosn
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants