2 min de lecture Justice

Carlos Ghosn re-arrêté à Tokyo pour de nouveaux soupçons

Ce rebondissement intervient alors que Carlos Ghosn a annoncé mercredi 3 avril via Twitter qu'il prévoyait une conférence de presse le 11 avril.

>
Pourquoi Carlos Ghosn a-t-il été arrêté de nouveau ? Crédit Image : Richard CARTER / AFP | Crédit Média : Philippe Dova/RTL | Durée : | Date :
Martin Planques
Martin Planques et AFP

Des membres du bureau des procureurs de Tokyo ont de nouveau arrêté Carlos Ghosn jeudi 4 avril au matin à son domicile de la capitale japonaise pour de nouveaux soupçons de malversations financières, ont annoncé simultanément plusieurs grands médias japonais.

Cette deuxième arrestation, "extrêmement rare" selon la chaîne publique NHK, intervient alors que le magnat de l'automobile, libéré sous caution il y a à peine un mois après plus de 100 jours en détention, avait annoncé mercredi via Twitter qu'il prévoyait une conférence de presse le 11 avril. La NHK, le site web du quotidien Nikkei et d'autres télévisions ont donné la même information à peu près au même moment.

Une tenture grise a été dressée devant l'immeuble où réside l'ancien patron de l'alliance Renault-Nissan, selon des images diffusées notamment par la chaîne de télévision publique NHK.  Les enquêteurs sont arrivés sur place un peu avant 6h locale (mercredi 21h GMT) et une voiture a quitté les lieux environ une heure plus tard, d'après le direct diffusé sur la chaîne Nippon TV. Selon le journaliste de cette télévision privée, Carlos Ghosn était à bord.

Quels sont ces nouveaux soupçons ?

Peu après, un journaliste de l'AFP sur place a vu trois hommes en costume sombre montant la garde devant l'issue du parking de l'immeuble et un policier en patrouille, tandis que des dizaines de journalistes étaient rassemblés non loin. Aucune confirmation des autorités n'étaient cependant disponible.

À lire aussi
Des policiers anti-émeute lors du rassemblement des "gilets jaunes" à Paris le 20 avril 2019 Gilets jaunes
"Gilets jaunes" : une enquête ouverte après une vidéo d'un policier frappant un manifestant

Déjà sous le coup de trois inculpations pour déclarations inexactes de revenus sur les années 2010 à 2018 dans des documents remis par Nissan aux autorités financières et pour abus de confiance, Carlos Ghosn avait été libéré sous caution le 6 mars. Il est à présent soupçonné d'avoir utilisé la réserve du PDG de Nissan pour des transferts d'argent à un distributeur de véhicules Nissan à Oman, montants dont une partie lui serait revenue indirectement, selon une source proche du dossier.

Une "arrestation révoltante et arbitraire" pour Carlos Ghosn

L'ex-PDG de Renault-Nissan a dénoncé une "arrestation révoltante et arbitraire", dans un communiqué transmis à l'AFP. "Pourquoi venir m'arrêter alors que je n'entravais en rien la procédure en cours sinon pour me briser ?", lance-t-il. Et d'ajouter: "Je suis innocent de toutes les accusations infondées portées contre moi et des faits qui me sont reprochés".

Des éléments transmis par Bruno Le Maire

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a assuré jeudi 4 avril, avoir transmis à la justice de "nouveaux" et "importants éléments" apparus dans l'enquête interne de Renault sur la gouvernance de son ancien PDG Carlos Ghosn, sans en révéler le contenu.

"Il y a de nouveaux éléments qui sont apparus qui étaient suffisamment importants pour mériter d'être transmis à la justice", a affirmé le ministre sur RMC et BFMTV. "Je ne peux pas me prononcer sur ces éléments", a-t-il ajouté. 

Le ministre a également annoncé que les "retraites chapeaux" versées aux dirigeants d'entreprises seront limitées par la loi à 30% du salaire dirigeant et ne pourront pas être cumulées avec une clause de non concurrence.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Carlos Ghosn Renault
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants