1 min de lecture Animaux

Botswana : une bactérie a tué plus de 300 éléphants sauvages

Le gouvernement du Botswana a découvert l'existence de la bactérie au moment où les points d'eau se sont asséchés.

Des éléphants sauvages (illustration)
Des éléphants sauvages (illustration) Crédit : AMAURY HAUCHARD / AFP
louis
Louis Chahuneau et AFP

Le poison se trouvait dans l'eau. Alors que plus de 300 éléphants sont morts depuis mars au Botswana, dans la région du delta de l'Okavango (nord), le gouvernement vient de découvrir la cause de l'hécatombe : une bactérie

"Les décès ont été causés par un empoisonnement dû à une cyanobactérie qui se développait dans des points d'eau", a expliqué aux journalistes Mmadi Reuben, vétérinaire au ministère de la faune sauvage et des parcs nationaux. L'enjeu est de taille pour ce petit pays coincé entre la Zambie, la Namibie et l'Afrique du Sud, et qui abrite 130.000 éléphants sauvages soit un tiers de la population de ces mammifères en Afrique.

Ces derniers mois, l'ONG Eléphants sans frontières (EWB) avait observé des éléphants très faibles, léthargiques, certains désorientés et rencontrant des difficultés pour se déplacer. La piste du braconnage a rapidement été écartée car les défenses des éléphants morts étaient intactes. Fin juin, l'hécatombe a pris fin en même temps que les points d'eau s'asséchaient, ce qui a mis le gouvernement sur la piste de la bactérie.

Des tests menés dans le monde entier

Des analyses de sang ont par la suite confirmé qu'une cyanobactérie produisant des neurotoxines était responsable de la mort des éléphants. Ces tests ont été menés dans des laboratoires spécialisés en Afrique du Sud, au Zimbabwe et au Canada. Les recherches sur la bactérie se poursuivent, a précisé le gouvernement du Botswana. Lors de l'été 2018, une centaine d'éléphants avaient par ailleurs été victimes de braconnage dans le pays selon l’ONG Eléphants sans frontières.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Animaux Afrique Maladie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants