1 min de lecture Patrimoine

Birmanie : les pilleurs de temples investissent Bagan, vide de touristes

Reliques, pièces de monnaie, bijoux : les pilleurs ont investi la cité archéologique de Bagan en Birmanie et ses 3.000 pagodes désertées par les touristes depuis la pandémie, un défi pour la police vu l'immensité du site.

Des militaires patrouillent dans la cité archéologique de Bagan pour éloigner les pilleurs.
Des militaires patrouillent dans la cité archéologique de Bagan pour éloigner les pilleurs. Crédit : Ye Aung THU / AFP
benoit
Benoît Collet et AFP

La cité archéologique de Bagan, nichée dans les méandres du fleuve Irrawaddy et classée au patrimoine mondial de l'Unesco l'année dernière, "n'a jamais été autant ciblé" par les pilleurs depuis des décennies en raison de l'absence de touristes, a déploré Myint Than, directeur adjoint du département archéologique de Bagan.

Début juin, une douzaine de pagodes ont été pillées, d'après les autorités qui n'ont pas précisé le contenu ni le montant du butin, évoquant "des reliques et des pièces de monnaie". Pour dissuader les voleurs, plusieurs dizaines de policiers et de pompiers patrouillent désormais de jour comme de nuit.

À la nuit tombée, casque sur la tête et arme à la main, certains se positionnent devant l'entrée des temples. D'autres partent à moto ou en jeep se perdre dans les allées de la capitale du premier empire birman (XIe-XIIIe siècle).

Aéroports fermés depuis mars

La situation est "sous contrôle pour le moment", a estimé le lieutenant-colonel de police Sein Win, se félicitant qu'aucune des pagodes les plus prestigieuses, comme celle de Shwezigon avec son chedi doré ou celle d'Ananda, la mieux conservée, n'ait été vandalisée.

À lire aussi
Le château de Versailles déserté le 18 mars 2020 patrimoine
Château de Versailles : "On a perdu autour de 45 millions d'euros", dit Catherine Pégard sur RTL

Les pilleurs de trésors n'ont pas été interpellés à ce jour. "Ce ne sont certainement pas des gens de Bagan", assure Myint Than, qui refuse de croire que ces derniers pourraient "trahir leur patrimoine".

La Birmanie, qui attirait ces dernières années de plus en plus de touristes après des décennies de dictature militaire, a fermé depuis mars ses aéroports pour tenter d'endiguer la pandémie de coronavirus et le complexe archéologique est désert depuis des mois.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Patrimoine Birmanie Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants