1 min de lecture Birmanie

Birmanie : l'ONU condamne "l'usage de la force meurtrière"

Le secrétaire général de l'ONU a condamné fermement "l'usage de la force meurtrière" en Birmanie, après la mort de plusieurs manifestants. Il a appelé "toutes les parties (...) à revenir à un gouvernement civil".

Le siège de l'ONU à New York (illustration)
Le siège de l'ONU à New York (illustration) Crédit : Brendan Smialowski / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Un message clair lancé aux autorités birmanes. Dans la nuit de samedi à dimanche 21 février, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a condamné fermement "l'usage de la force meurtrière" en Birmanie, tout en soutenant un retour au gouvernement "civil". Samedi, lors d'une manifestation contre le pouvoir en place, les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des manifestants anti-coup d'État, faisant deux morts.

"Je condamne l'usage de la violence meurtrière en Birmanie", a écrit M. Guterres sur Twitter. "L'usage de la force meurtrière, de l'intimidation et du harcèlement contre des manifestants pacifiques est inacceptable", a-t-il ajouté. Le secrétaire général de l'ONU a estimé que "chacun a le droit de se rassembler pacifiquement" et a appelé "toutes les parties à respecter les résultats de l'élection et à revenir à un gouvernement civil". 

Plusieurs manifestants morts

La junte au pouvoir a renforcé la répression depuis le coup d'Étatqui a renversé le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi, suscitant la protestation de la population. Le 9 février dernier, une jeune épicière de 20 ans, Mya Thwate Thwate Khaing, avait été tuée lors d'une manifestation. Samedi, deux personnes ont été tuées et une trentaine blessées à Mandalay lors d'un rassemblement. 

De quoi renforcer la montée des violences et les contestations dans ce pays de l'Asie du Sud-Est. Les manifestants revendiquent notamment le retour du gouvernement civil, la libération des détenus et l'abolition de la Constitution très favorable aux militaires. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Birmanie Manifestations Crise
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants