1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Bataille de Mossoul : pourquoi la reprise de la ville s'inscrit-elle dans la durée ?
1 min de lecture

Bataille de Mossoul : pourquoi la reprise de la ville s'inscrit-elle dans la durée ?

ÉCLAIRAGE - La coalition internationale a lancé l'offensive contre l'État islamique le 17 octobre. L'objectif est d'éradiquer Daesh à Mossoul.

La base aérienne de Qayyara, point de départ des opérations pour la prise de Mossoul
La base aérienne de Qayyara, point de départ des opérations pour la prise de Mossoul
Crédit : SIPA
Bataille de Mossoul : pourquoi la reprise de la ville s'inscrit-elle dans la durée ?
03:51
Emilie Baujard & Ludovic Galtier

L'offensive de la coalition visant à reprendre la ville de Mossoul à l'État islamique a débuté le 17 octobre à l'aube. Les forces irakiennes et kurdes sont freinées dans leur progression. Les troupes rencontrent une forte résistance de la part des jihadistes de Daesh, qui sont retranchés dans les villages qui entourent Mossoul, leur capitale autoproclamée. Ils y ont stockés des armes lourdes et répliquent à des coups de kalachnikov et de mortiers, obligeant parfois les troupes à reculer même si celles-ci sont plus nombreuses et plus lourdement armées.

Les jihadistes ont eu plus de deux ans pour se préparer à cette bataille : ils ont creusé des tunnels pour se protéger des bombardements de la coalition et multiplient les attaques suicide. Ce jeune Peshmerga kurde de 23 ans raconte : "Je fais des aller-retours sur le front pour transporter les blessés. L'autre matin, j'étais seul dans mon véhicule et j'ai vu un 4x4 bourré d'explosifs me foncer dessus. Il était conduit par un kamikaze de Daesh. Quand il a vu que j'étais seul dans ma voiture, il s'est dirigé vers un blindé, il l'a percuté, tout a explosé. Il y a eu de nombreux morts, on n'a pas pu récupérer tous les corps." Sur un des fronts, les jihadistes ont envoyé plus de 17 voitures piégées en une journée sur les troupes kurdes et irakiennes.

Une fois ces villages repris, il faut encore tout déminer car les jihadistes ont tout piégé derrière eux. Ils ont posé des engins explosifs sur les routes et dans les maisons abandonnées. Tout est un danger potentiel. C'est pourquoi des équipes spéciales sont envoyées sur place. Les démineurs ne travaillent sans matériel particulier ni protection. Les pièges sont nombreux. Sécuriser un village peut prendre plusieurs jours. Au grand dam des civils, contraints de quitter leur domicile.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/