1 min de lecture Daesh

Ban Ki-moon dénonce "les massacres de civils" par l'Etat islamique

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a dénoncé vendredi "les massacres de civils" par les jihadistes de l'Etat islamique.

Une capture d'écran de la vidéo diffusée par l'Etat islamique où des soldats syriens sont exécutés (illustration)
Une capture d'écran de la vidéo diffusée par l'Etat islamique où des soldats syriens sont exécutés (illustration) Crédit : - / YOUTUBE / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

"Toutes les grandes religions chérissent la paix et la tolérance", a dit Ban Ki-moon, lors de la Sixième conférence de l'Alliance des civilisations de l'ONU qui se tient sur l'île indonésienne de Bali.

"C'est pourquoi je suis particulièrement indigné par les informations provenant d'Irak faisant état de massacres de civils par l'EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant)", désormais désigné sous le seul nom d'Etat islamique, a ajouté M. Ban.

"Des communautés entières qui vivaient depuis des générations dans le nord de l'Irak sont poussées à fuir sous peine de mort, simplement à cause de leurs convictions religieuses", a encore déploré le secrétaire général.

160 soldats syriens exécutés

Réputé pour sa cruauté, l'EI, groupe extrémiste sunnite né en 2006 en Irak sous un autre nom et réapparu avec toute sa force en 2013 en pleine guerre en Syrie, a proclamé fin juin un califat islamique sur les régions conquises dans ce pays et en Irak.

À lire aussi
Des hommes soupçonnés d'affiliation au groupe Etat Islamique (EI) dans la prison d'Hasakeh, en Syrie, le 26 octobre 2019 Daesh
La Turquie annonce qu'elle va renvoyer 11 jihadistes "d'origine française"

Après avoir été accusé de décapitations, persécutions et crucifixions, il a exécuté mercredi et jeudi plus de 160 soldats syriens dans la province de Raqa (nord) qu'il contrôle, selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Washington a lancé à partir du 8 août des raids contre les positions de l'EI dans le nord de l'Irak, après que l'avancée des jihadistes vers le Kurdistan a jeté sur les routes des dizaines de milliers de personnes, dont un grand nombre de chrétiens et Yazidis, une minorité kurdophone non-musulmane.

L'ONU a accusé lundi l'EI de "nettoyage ethnique et religieux" et exhorté la communauté internationale à ne pas laisser ces crimes impunis.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Daesh Ban Ki-Moon Irak
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants