2 min de lecture Chine

Apple, Nike, BMW : 83 marques liées au travail forcé des Ouïghours chinois, selon une ONG

Entre 2017 et 2019, plus de 80.000 membres de la minorité musulmane ouïghoure, emprisonnés dans la région du Xinjiang, ont été transférés dans des usines "de 83 marques connues mondialement", affirme l'Institut australien de stratégie politique (ASPI).

>
Apple, Nike, BMW : 83 marques liés au le travail forcé des Ouïghours chinois, selon une ONG Crédit Image : GREG BAKER / AFP | Crédit Média : Stéphane Pambrun / RTL | Durée : | Date :
Correspondants RTL à l'étranger et AFP

Ce n'est pas la première fois que la Chine est accusée d'avoir recours au travail forcé. Mais cette fois, l'Institut australien de stratégie politique (ASPI) donne des noms et des détails dans son rapport. Ainsi, 80.000 Chinois appartenant à la minorité musulmane ouïghoure du Xinjiang auraient, selon lui, été transférés dans des usines travaillant comme sous-traitants pour 83 grandes marques internationales. 

Parmi les marques épinglées, et accusées d'avoir utilisé ces esclaves des temps modernes, se trouvent de grands noms de l'électronique : Apple, Sony, Samsung, Microsoft, Nokia, etc... Des marques de textile y figurent également: Adidas, Lacoste, Gap, Nike, Puma, Uniqlo, H&M, etc... De même que des constructeurs automobiles : BMW, Volkswagen, Mercedes-Benz, Land Rover, Jaguar, etc... Le groupe français Alstom est aussi cité.

Des camps de travail qui, officiellement, sont interdits en Chine depuis le début de cette année, mais qui continueraient à fonctionner. Des accusations d'autant plus graves que ces Ouïgours ne seraient pas officiellement des prisonniers condamnés par la justice, mais des personnes emprisonnées de force dans des camps de rééducation

Des "centres de formation professionnelle"

Des camps que la Chine appelle des "centres de formation professionnelle" et qui serviraient à combattre, selon le régime chinois, l'extrémisme religieux. Selon l'ONU, entre 20 et 30 millions de musulmans ouïghours seraient passés par ces camps. Or, selon le groupe de réflexion australien, les ouvriers ouïghours transférés restent privés de liberté et subissent parfois un endoctrinement politique. Le gouvernement chinois n'a pas souhaité commenter ces accusations

À lire aussi
Illustration de passants à Hong Kong en janvier 2020 Chine
Hong Kong : "La Chine rompt ses promesses", selon François Lenglet


Plusieurs des groupes cités réagissaient lundi 2 mars avec prudence. "Aucun fournisseur mentionné n'est actuellement un fournisseur direct de Volkswagen", affirme ainsi un porte-parole du constructeur allemand. Son compatriote BMW indique "ne pas pouvoir commenter le contenu" du rapport mais assure que ses sous-traitants directs doivent "appliquer la même politique avec leurs propres fournisseurs".

Apple renvoie à un engagement qu'il a pris par le passé à "ce que tous dans les chaînes de production soient traités avec la dignité et le respect qu'ils méritent", disant "travailler étroitement" avec ses fournisseurs pour que "les normes les plus élevées soient appliquées".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chine Musulmans Usine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants