1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Antarctique : un iceberg de la taille de New York se détache, non loin d'une station britannique
2 min de lecture

Antarctique : un iceberg de la taille de New York se détache, non loin d'une station britannique

De la taille de la ville de New York, un iceberg s'est détaché de la banquise dans l'Antarctique, à proximité d'une station de recherches britannique.

Un iceberg (illustration)
Un iceberg (illustration)
Crédit : Johan ORDONEZ / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien
Journaliste

Un énorme iceberg s'est détaché de la banquise dans l'Antarctique, vendredi 26 février, à moins de 20km de la station de recherches britannique Halley VI, rapporte Ouest France. Le bloc de glace, équivalent à la superficie de la ville de New York, ne menace pas les 12 scientifiques qui surveillent la zone, détaille L'Indépendant. Par précaution, ils avaient été évacués à la mi-février, explique un communiqué du British Antarctic Survey (BAS), organisme de recherches sur les zones polaires "qui exploite le lieu". 

Dès 2017, les équipes mobilisées sur place avaient été réduites : le BAS avait décidé de déplacer cette station "de quelques kilomètres", dans l'éventualité que ce site, construit en 2012, ne se retrouve sur le chemin d'un iceberg à la dérive, un phénomène fréquent provoqué par la fonte des glaces. 

Une "sage décision" sans nul doute, juge Simon Garrod, directeur des opérations au BAS. "Notre travail consiste maintenant à surveiller de près la situation et à évaluer tout impact potentiel de ce détachement sur le plateau de glace restant", a-t-il expliqué. La dérive de ce monstre de glace n'était donc pas une surprise pour l'agence habituée à ce type de rupture environnementale, qui ne cesse de se multiplier en raison du réchauffement climatique.

La station fermée pour l'hiver arctique

"Nos équipes sont préparées depuis des années à ce qu'un iceberg se détache de la plateforme de glace de Brunt", a assuré Jane Francis, directrice de l'agence, affirmant que les failles font l'objet d'un suivi "quotidien", grâce à "un réseau automatisé d’instruments GPS de haute précision"

À lire aussi

Ce réseau envoie toutes les données et les informations récoltées à l'université de Cambridge pour être analysées. Un travail qui a permis vendredi de donner l'alerte sur la dérive d'un des plus grands icebergs identifiés. Selon la directrice du BAS, celui-ci risque de "s'éloigner ou de s'échouer et rester" sur place, dans les prochains mois. Quant à la station de surveillance, elle restera fermée pour le reste de l’hiver arctique.

Un autre gigantesque bloc de glace a récemment attiré l'attention des scientifiques. "L'A68a", le plus gros iceberg au monde, long de 175km, a dérivé sur 1.500 km pendant plus de deux ans jusqu'à la fin de l'année 2020. Au sud de l'Atlantique, il s'est finalement disloqué sous la surveillance de satellites et d'avions militaires. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/