2 min de lecture Économie

Allemagne : une croissance économique dopée par l'arrivée des réfugiés

Entre la hausse des dépenses de l'État et le bond de la consommation nationale, le PIB allemand a cru de près de 2% sur l'année 2016.

Un réfugié prend un selfie avec la chancelière allemande Angela Merkel
Un réfugié prend un selfie avec la chancelière allemande Angela Merkel Crédit : BERND VON JUTRCZENKA / DPA / AFP
Ambre Deharo
Ambre Deharo

Il semblerait que la stratégie de l'Allemagne sur la question des migrants soit payante. Selon les données fournies par l'institut fédéral de statistiques Destatis en fin de semaine dernière, l'accueil de plus d'1,1 million de migrants en 2015 et 2016 sur le sol allemand a boosté la croissance de l'économie nationale. L'hypothèse avait déjà été suggérée en décembre dernier, mais cette fois-ci, les chiffres l'attestent : la croissance économique de l'Allemagne de 1,9 % en 2016 n'est pas le fruit du hasard. Supérieure d'un demi-point à la moyenne des dix années précédentes, qui s'établissait à 1,4 %, elle est due à la hausse des dépenses de l'État et de la consommation en lien avec l'arrivée d'un flot de réfugiés.

Du côté de l'État fédéral, on n'avait pas dépensé tant depuis 1992 et la réunification du pays. Afin de pouvoir accueillir en urgence ce million de personnes, il a donc dépensé quelque vingt milliards d'euros. De fait, les dépenses publiques ont bondi de 4,2 %. Cet accueil a également fait augmenter la population sur le sol allemand, générant ainsi une consommation des ménages davantage stimulée. C'est cette hausse globale de la consommation qui a permis le soutien de la croissance allemande en 2016. À bien des égards, l'arrivée d'1,1 million de migrants a stimulé l'économie allemande. Outre la consommation, les besoins en biens d'équipement et en construction ont également progressé, la demande de logements dans les grands centres urbains comme Berlin ou encore Francfort ont permis de relancer pleinement l'industrie du bâtiment. Les investissements ont donc augmenté de 2,5 %, tandis que la construction de logements neufs a progressé de 4,3 % sur 2016.

Un bon point pour Angela Merkel

L'arrivée de ces réfugiés tombe à pic pour l'Allemagne dont la main d’œuvre est vieillissante. Selon le président de l'Institut économique de Berlin, Marcel Fratzscher, cité par Le Monde, "l'effet positif des demandeurs d'asile sur les performances économiques [de l'Allemagne] va se renforcer dans les prochaines années". Lui estime qu'à l'heure actuelle, l'impact de l'arrivée des réfugiés sur la croissance est de 0,3 %, et que ce chiffre pourrait atteindre 0,7%. Tous les réfugiés n'ont pas encore trouvé d'emploi malgré une forte demande de la part des entreprises locales. Mais la chambre de commerce et d'industrie est confiante : en 2017, elle prévoit la création de 500.000 postes dans l'éducation et la formation, mais aussi dans les services de santé, le commerce et la gastronomie. Plusieurs centres de formation ont déjà ouvert afin de pouvoir offrir des perspectives d'avenir aux demandeurs d'asile en échange d'une main d’œuvre jeune. 

La stratégie d'Angela Merkel sur l’accueil des migrants n'avait pas fait l'unanimité ces derniers mois, la Chancelière étant souvent critiquée en raison des coûts générés par cet accueil. Sans parler de l'enjeu sécuritaire lié à la menace terroriste. Mais la chef d'État a visiblement bien fait ses comptes. Les vingt milliards d'euros dépensés par le gouvernement fédéral afin de venir en aide aux demandeurs d'asile correspondent au final, à quelques euros près, aux 19,2 milliards de l'excédent budgétaire allemand sur 2016. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Allemagne Croissance
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants