2 min de lecture Extrême droite

Allemagne : pourquoi une élection régionale crée-t-elle un séisme dans le pays ?

Le dirigeant controversé de Thuringe a démissionné jeudi de ses fonctions, au lendemain de son élection grâce au soutien de l'extrême droite, qui avait déclenché un véritable séisme politique en Allemagne

Une manifestation contre l'extrême-droite le 5 janvier 2020 à Hambourg
Une manifestation contre l'extrême-droite le 5 janvier 2020 à Hambourg Crédit : Jonas Walzberg / dpa / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre Journaliste

L'Allemagne accuse le coup. Pour la première fois, le chef d'une région du pays a été élu mercredi 5 janvier grâce aux voix de l'extrême droite. À la surprise générale, c'est le candidat du petit parti libéral FDP, Thomas Kemmerich, qui a été désigné à une très courte majorité pour diriger le Thuringe, région du centre du pays. 

Pour y parvenir, Thomas Kemmerich, 54 ans, a bénéficié du soutien surprise des voix de tous les élus du parti anti-migrants et anti-élites Alternative pour l'Allemagne (AfD), et de celles de la plupart des membres du parti conservateur (CDU) d'Angela Merkel.

La chancelière allemande est sortie de sa réserve jeudi en qualifiant d' "impardonnable" cette alliance électorale régionale inédite. "C'est un acte impardonnable et par conséquent le résultat (de cette élection) doit être annulé", a ainsi estimé Angela Merkel. 

Peu de temps après, le dirigeant controversé de Thuringe a fait savoir qu'il quittait ses fonctions. "La démission est inévitable (...) nous avons décidé de demander la dissolution du parlement de Thuringe", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse jeudi. 

À lire aussi
Le coronavirus, qui a terrassé une bonne partie de la planète, fait l'objet de nombreuses controverses. coronavirus
Coronavirus : qu'est-ce que "Plandemic", la vidéo populaire chez les complotistes ?

Jusqu'ici, et contrairement à ce qui s'est passé en Autriche, les partis traditionnels de droite et de centre droit en Allemagne, comme la CDU ou le FDP, refusait toute coopération ou alliance avec l'extrême droite.

Un écho aux années 1930

Cet épisode en Thuringe a ranimé en Allemagne le souvenir des années 1930. Jeudi matin, la presse allemande soulignait un bégaiement de l'Histoire. Publiée par Der Spiegel, une phrase écrite le 2 février 1930 par Adolf Hitler faisait étrangement écho à cette alliance électorale inédite. À l'époque le parti Nazi entamait en Thuringe sa conquête du pouvoir. 

"Nous avons obtenu le plus grand des succès en Thuringe. Aujourd'hui, nous y sommes vraiment un parti incontournable. (...) Les partis du Thuringe, qui formaient auparavant le gouvernement, ne peuvent pas réunir la majorité sans notre participation". 

Plusieurs manifestations spontanées ont dès lors été organisées à Berlin devant les sièges de la CDU et du FDP mais aussi en Saxe ou devant le Parlement de Thuringe. 

Un des protestataires a brandi un panneau faisant le parallèle avec l'arrivée des nazis au pouvoir: "1930, premier ministre du NSDAP (parti de Hitler, NDLR) en Thuringe, 2020 premier ministre élu avec les voix de l'AfD". Avec cette élection, un "tabou absolu a été brisé" écrit encore Der Spiegel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Extrême droite Allemagne Élections
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants