2 min de lecture Europe

Agriculture : la Suisse pratique le protectionnisme à géométrie variable

ÉDITO - François Lenglet nous raconte une histoire de salades qui montre que le protectionnisme a parfois des avantages.

François Lenglet Lenglet-Co Le service Économie
>
Agriculture : la Suisse pratique le protectionnisme à géométrie variable Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
François Lenglet
François Lenglet et Loïc Farge

C'est un système original que les Suisses ont mis en place pour protéger leur agriculture. Le secteur économique est sensible, puisque les terres cultivables ne sont pas très abondantes, et que les producteurs locaux ne parviennent qu'à fournir 60 % de la consommation nationale. Plutôt que de subventionner les exploitations, les Suisses ont inventé le protectionnisme à géométrie variable, plus ou moins important selon les périodes de l'année et les besoins de la population.

Nous avons passé une journée dans de gigantesques serres de tomates, chez un gros producteur de fruits et légumes de la région de Lausanne. Roland Stoll nous a tout expliqué. Prenons le cas du rampon (c'est le nom qu'on donne ici à la salade de mâche). Les Suisses en raffolent, et c'est l'un des produits les plus protégés. Une fois par semaine, le lundi, tous les producteurs de rampon du pays téléphonent à l'office interprofessionnel pour lui communiquer leur production de salade (tant de kilos chacun). On additionne tout, et on compare cette production nationale avec l'estimation de consommation.

À partir de là, on calcule les quantités autorisées à l'importation (ce dont le pays a besoin), qu'on transmet aux douaniers, qui contrôlent les frontières. Au-delà des quotas autorisés par les producteurs, on frappe, avec des taxes très élevés, pour dissuader les ventes de légumes étrangers en Suisse. Dans le cas de la salade, cette taxe peut atteindre 17 francs suisses le kilo (près de 16 euros).

À lire aussi
Une tour de contrôle à Steenokkerzeel, près de l'aéroport de Bruxelles Belgique
L'espace aérien belge fermé à cause d'un problème informatique

Pour chaque produit, le taux de protection varie presque au jour le jour, en fonction des saisons de l'année

François Lenglet
Partager la citation

Ça fonctionne pour tous les produits : les endives, les choux, la chicorée, les radis rouges ou blancs, les tomates... Pour chaque produit, le taux de protection varie presque au jour le jour, en fonction des saisons de l'année. Pour chaque fruit ou légume, les agriculteurs déclarent leurs production chaque semaine, et on définit précisément les quotas d'importation. Plus le produit est abondant en Suisse, moins on importe, de façon à éviter la guerre des prix avec les producteurs européens (les Espagnols ou les Français), qui ont des prix de revient bien moins élevés que les Suisses.

Si les Suisses produisent plus cher, c'est parce que les salaires sont bien plus élevés que chez nous. Chez Roland, le salaire de base d'un ouvrier agricole c'est 3.000 euros par mois, et cela grimpe vite. C'est vrai que c'est pour 49h30 de travail par semaine, et pas 35 heures comme chez nous. L'immobilier, l'énergie : tout est plus cher en Suisse. Du coup, les prix à la consommation sont aussi bien plus élevés. Le kilo de salade est à une quinzaine d'euros à la production ici, contre 5 euros pour la mâche nantaise.

Avec leur système, les Suisses ont réussi à maintenir les emplois dans l'agriculture. À en croire Roland et ses collègues, ils seraient balayés par la concurrence si les frontières étaient ouvertes, ou bien il faudrait les subventionner, comme on le fait en Europe. On le fait d'ailleurs de moins en moins, ce qui étrangle les producteurs.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Europe Suisse Agriculture
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787002329
Agriculture : la Suisse pratique le protectionnisme à géométrie variable
Agriculture : la Suisse pratique le protectionnisme à géométrie variable
ÉDITO - François Lenglet nous raconte une histoire de salades qui montre que le protectionnisme a parfois des avantages.
https://www.rtl.fr/actu/international/agriculture-la-suisse-pratique-le-protectionnisme-a-geometrie-variable-7787002329
2017-01-31 08:44:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/28ieCAHuWyCPzG2Iio-h0A/330v220-2/online/image/2014/0423/7771375197_francois-lenglet.jpg