4 min de lecture Travail

25 millions de personnes dans le monde sont victimes de travail forcé

"La Croix" a souhaité donner la parole à quatre d’entre eux, entre le Liban, le Brésil, la Tunisie et la République démocratique du Congo ce mardi 24 avril.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot iTunes RSS
>
25 millions de personnes dans le monde sont victimes de travail forcé Crédit Image : AFP / MANJUNATH KIRAN | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Begot

Une photo m'a interpellée ce mardi 24 avril en Une de La Croix. Il s'agit de l'image d'un jeune ouvrier de Dacca au Bangladesh. Il porte sur ses épaules des kilos de jeans, et nous regarde droit dans les yeux un peu comme pour nous dire "Tout ça c'est à cause de vous". 

Ce jeune homme fait partie de ces 25 millions de personnes qui sont aujourd'hui encore dans le monde victimes de travail forcé. "Les forçats du travail", titre le journal. Cinq ans après le drame du Rana Plaza qui avait coûté la vie à 1.138 personnes, La Croix a voulu voir si les choses avaient changé, si les industriels du textile, si les enseignes de la grande distribution, avaient réellement fait quelque chose pour améliorer le quotidien de ces femmes et ces hommes qui fabriquent ce que nous portons.

La réponse est oui, mais on peut mieux faire. Les marques étrangères ont désormais l'obligation d'assurer la sécurité des usines de leurs sous-traitants, de nombreux travaux de rénovation ont été réalisés. Problème, l'accord signé par 215 multinationales expire en mai prochain et pour l'instant seules la moitié d'entre elles ont accepté de se réengager

À lire aussi
Le gouvernement peaufine la réforme de l'assurance chômage Chômage
Assurance chômage : le gouvernement peaufine sa réforme

"Les avancées sont encore fragiles", écrit Guillaume Goubert. Pour aller plus loin, il faut, dit-il, amener les consommateurs à réfléchir sur les conséquences de leurs achats et cela vaut pour les vêtements fabriqués au Bangladesh comme pour la nourriture importée de pays lointains, souvent produites dans des conditions sociales et environnementales déplorables. "Ce que nous achetons à bon marché, conclut-il, peut coûter très cher à d'autres". C'est bon de le rappeler.

Kinder se lance dans le marché des glaces

À propos de consommation, je vous également vous signaler ce matin deux autres infos, un peu plus légères certes, mais tout aussi intéressantes. Kinder d'abord qui se lance sur le marché des glaces. C'est de saison, enfin presque, et c'est à lire ce matin dans le Figaro Eco. Pour l'occasion, la marque qui l'une des préférées des enfants s'est associée au géant Unilever, qui détient 32% du marchés des glaces. Quatre produits estampillées Kinder ont été lancés début avril : un cône, un mini-cône, un stick et un sandwich. Avec eux, Unilever espère grignoter 5% du marché tricolore en grande surface d'ici deux ans.

Des grandes surfaces qui vous le savez tentent de s'adapter face à la concurrence d'internet. Et bien il vous sera désormais possible de payer vos courses en plusieurs fois pour un paquet de pâtes ou un kilo de carotte, comme on le fait déjà pour l'électroménager. Casino lance en effet les achats alimentaires à débit différé. C'est à lire ce matin dans la matinale du Monde. Dès la fin du mois, les consommateurs qui le souhaitent pourront régler leurs courses soit en quatre fois, soit en différé, en choisissant la date à laquelle ils seront débités.

Les imams de France s'engagent contre le terrorisme

L'idée, explique l'enseigne, est de permettre à ses clients d'éviter les fins de mois difficiles. Il s'agit aussi de mieux repartir les achats. En moyenne, explique-t-on chez Casino, un magasin voit son chiffre d'affaires baisser de 10% la dernière semaine du mois. À l'inverse, on note une augmentation notable du chiffre d'affaires en début de mois, après le versement des salaires et des allocations. Aujourd'hui, rappelle Le Monde, 19% des Français assurent ne pas parvenir à boucler le mois sans être à découvert.

Le Monde qui publie ce matin la réponse des imams de France après l'appel ce week-end de 300 personnalités contre l'antisémitisme. Une trentaine d'imams qui dénoncent eux aussi l'antisémitisme et le terrorisme présents en France. Ils reconnaissent être dépassés par cette situation mais proposent néanmoins de s'impliquer davantage pour lutter contre ces phénomènes. "Tout silence de notre part", écrivent-ils, serait désormais complice et donc coupable. Il s'agissait jusqu'à présent d'un mutisme de sidération. Le texte s’achève sur un "Ensemble nous vaincrons. Vive la France,vive la République".

La bise de Macron à Trump

À la Une également ce matin bien sûr, la visite d'Emmanuel Macron aux États-Unis et une photo largement commentée par la presse anglo-saxonne. C'est celle de cette embrassade hier sur le perron de la Maison Blanche. Emmanuel Macron qui fait la bise comme on dit à Donald Trump, on est loin de la poignée de main ferme des débuts. Vu d'ici ça n'est pas très étonnant, outre-Atlantiqueça l'est beaucoup plus. "Macron kicks off Trump visit with a kiss on the cheek", titre ainsi le New York Post.

Macron démarre sa visite à Donald Trump par un baiser sur la joue. "Trump's French Kiss", titre de son coté le Daily Mail. Le journal britannique explique qu'Emmanuel Macron a désarmé Donald Trump de sa puissante poignée de main en l'embrassant. Désarmé au sens propre comme on sens figuré car dans un premier temps, le président américain a tendu la main droite à son homologue.

Le Bien Public se félicite de voir que le vin qui sera servi lors du dîner de gala à la maison blanche est un vin de Côte-d'Or. D'après une ancienne journaliste du quotidien, désormais en poste à Washington, le Pinot noir choisi était une bouteille du domaine Joseph Drouhin, fondée à Beaune en 1880. Une bouteille de la cuvée Laurene 2014. voilà un joli coup de pub et l'occasion de rappeler aussi que c'est toujours bien de savoir d'où vient ce que l'on boit, ce que l'on mange et ce que l'on porte aussi... Pensez y !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Travail Esclavage Textile
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793134337
25 millions de personnes dans le monde sont victimes de travail forcé
25 millions de personnes dans le monde sont victimes de travail forcé
"La Croix" a souhaité donner la parole à quatre d’entre eux, entre le Liban, le Brésil, la Tunisie et la République démocratique du Congo ce mardi 24 avril.
https://www.rtl.fr/actu/international/25-millions-de-personnes-dans-le-monde-sont-victimes-de-travail-force-7793134337
2018-04-24 11:20:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/vuu2-bkQyOR1bDaiGef4iA/330v220-2/online/image/2014/0520/7772127280_des-ouvrieres-dans-une-usine-de-textile-a-bangalore-inde-le-21-novembre-2012-photo-d-illustration.jpg